10 défaillances significatives du secteur numérique (2ème trimestre 2016)

Après les défaillances IT du premier trimestre, exaegis se penche cette fois sur celles du deuxième trimestre, toujours en se basant sur les trois types de jugement synonymes de risque fort de défaillance (redressement judiciaire, liquidation judiciaire et liquidation judiciaire simplifiée). Les statistiques utilisées se basent une fois de plus sur les codes APE

 

 

novacom-associés

Capital social : 780 000 ; Effectif : 24 salariés

Novacom Associés est une agence de conseils et de conception de dispositifs de communication et de marketing relationnels. Créée en 2003, elle proposait le concept de « Digital in Situ », c’est-à-dire la mise en place de systèmes digitaux créant une interactivité entre le lieu, le client et les produits proposés. Malgré de très bonnes références ( Renault, Canalsat et Canal +, Orange, Jaguar, la Maaf etc…) et des prix importants ( Grand Prix de la Publicité en 2007 et le Prix de la meilleure stratégie internet en 2009, labellisée entreprise innovante par Oséo Anvar ), l’agence a été placée en liquidation judiciaire le 31 avril 2016

 

Nware_Logo

Capital social : 691 900 ; Effectif : 50 salariés

Nware est une entreprise spécialisée dans l’accompagnement dans la transformation des infrastructures SI et dans la cybersécurité depuis 2008, elle est labellisée Jeune Entreprise Innovante en 2011. Peu d’informations financières sont disponibles, Nware  ne publiant pas ses bilans, elle semble avoir a réalisé un chiffre d’affaires de 6,7 millions d’euros en 2013 avec 102 salariés  et était alors en phase de recrutement d’une trentaine de salariés d’ici trois ans. Après le rachat de l’ingénierie Orbytes en 2014, la SSII était en phase de déploiement dans tout le pays, et avait comme ambition d’évoluer vers le métier de fournisseur de services Cloud, et annonçait le triplement de son CA. Nware comptait parmi ses clients la Société Générale, Mondiale Assistance, Essilor, Rhodia. Initialement en placée en redressement judiciaire au début du mois d’avril 2016, elle a finalement été rachetée le 14 juin dans le cadre d’un plan de cession par NEXTIRAONE. 

 

teletech internationa_logo

Capital social : 525 000 € ; Effectif : 20 salariés

Teletech International est un centre d’appel crée en 1993 proposant des solutions CRM personnalisées pour les entreprises via sa propre plateforme, Nest CRM. Elle a été récompensée par le prix Arseg de l’environnement de Travail 2012, le Trophée Mieux Vivre en Entreprise 2013 et l’Espoir du Management 2014. Elle comptait parmi ses références Total, la mutuelle Unéo, Cétélem, Epson, Versatel …etc. Teletech a bénéficié d’importants soutiens financiers publics notamment  6,5 millions d’euros pour la réhabilitation de l’ancien site AMORA de Dijon contre une promesse d’emploi de 400 personnes. A la base en redressement judiciaire en février, l’entreprise est rachetée par FINARE, la holding du courtier ECA Assurance .

golaem

Capital social : 137 280 € ; Effectif : 14 salariés

Golaem est une startup fondée en 2009 dont l’activité se base autour de la création de foules virtuelles, par le biais du logiciel Golaem Crowd, utilisé notamment par les productions cinématographiques et publicitaires ( Astérix au service de sa majesté, une publicité Orange).  Ce logiciel qualifié comme un « outil prêt à l’emploi » lui a permis de de se faire connaître à l’international dans le film Warm Bodies et dans un épisode de la série à succès Game of Thrones. Elle a réussi à lever 525 K€ en 2012, puis 600 k€ en 2014. Malgré tout, l’entreprise est en redressement judiciaire depuis le mois de juin.

 

logo_navidis

Capital social : 122 410 ; Effectif : 12 salariés

Navidis  est une entreprise qui a développé une plateforme numérique de services de proximité basée sur le SoLoMo (Social/Local/Mobile) et qui permet par exemple, d’augmenter ses revenus, de faire des économies …etc. En 2010, elle a obtenu le Prix spécial du jury au Festival Fimbacte et le prix de la catégorie “Business & Services Innovations” au FTTH Innovation Awards. Elle a également reçu le label « Reconnu d’intérêt Pédagogique » du Ministère de l’Education Nationale, ainsi que deux lauréats d’appel à projets en 2012. L’entreprise avait des clients comme le Microsoft, Schneider, Cofiroute et des institutions et des collectivités ( RMN, Conseil Régional d’Ile-de-France, Ministère de la Culture et de la Communication …etc.). L’entreprise est en redressement judiciaire depuis fin juin.

 

ezakus_logo

Capital social : 96 080 € ; Effectif : 20 salariés

Ezakus est  une entreprise fondée en 2011 qui se présente comme une plateforme mettant en contact les marques ainsi que les internautes en fonction de leurs affinités réelles, qu’ils aient l’intention d’acheter ou qu’ils soient déjà clients. Elle permet également d’optimiser les actions marketing depuis l’acquisition jusqu’à la fidélisation client. Par l’intermédiaire d’IDinvest, elle est parvenue à finaliser une levée de 2,2 millions d’euros en 2011 et de 2.5 millions d’euros en 2013. D’abord placée en redressement judiciaire puis en plan de cession en juin, elle est rachetée par NP6, spécialisé dans l’emailing et la relation clients.

baobaz

Capital social : 96 000 € ; Effectif : 47 salariés

Baobaz est une agence web fondée en 2000 spécialisée en E-commerce et en accompagnement de projets de communication et d’e-marketing, travaillant principalement avec des marques ( Burton, Aubade, Etam, La Halle, Zadig & Voltaire …etc. ). En 2012, les résultats financiers disponibles montrent une progression du CA (atteignant 5,3 M€) mais également une dégradation forte de son résultat d’exploitation passant de 81 k€ à -300 k€.  En 2015, elle rejoint le groupe Revolution 9. Elle est en redressement judiciaire depuis la fin du mois de juin.

 

2ymedia

Capital social : 88 904 € ; Effectif : 20 salariés

2 Y Media, plus connue sous le nom d’AdServerPub, est une startup spécialisée dans la diffusion de compagnes publicitaires en ligne  et de ciblage d’internautes créée en 2009. Elle compte parmi ses clients La Redoute, Meetic, TV5Monde, Pixmania ou encore Zalando et a effectué une levée de fonds de 2 millions d’euros en 2013 pour se développer à l’international ( Allemagne, Espagne ). Cependant, elle est en redressement judiciaire depuis le mois de juin.

idyalconsulting

Capital social : 50 000 € ; Effectif : 20 salariés

Idyal Consulting est une agence créée en 2006 qui propose des solutions destinées notamment à l’amélioration et à l’accompagnement des SI. De 2008 à 2012, elle a bénéficié du Crédit d’Impôt Recherche (CIR) et a pu installer un local à Dakar en 2013. Malgré de bonnes références ( BNP Paribas, la Société Générale, SFR, Cofrac et Axa IM ), l’agence est en redressement judiciaire depuis la fin du mois de juin.

 

savemysmartphone

Capital social : 44 064 € ; Effectif : 20 salariés 

Save My Smartphone est une startup créée en 2013 qui propose de la réparation de smartphones et de tablettes et dont l’objectif à long terme est d’apporter un service de réparation dans la journée pour n’importe quel objet connecté dans le monde. Elle a obtenu le Pass French Tech dans le cadre du programme Fast Track de Cap Digital et a effectué une levée de fonds de 15 millions d’euros en 2015. Les objectifs affichés sont alors très ambitieux ( développement en province sous forme de franchise, création de corners de réparation dans des boutiques d’opérateurs de téléphonie mobile), l’entreprise est en redressement judiciaire depuis début juillet. Le CEO livre son analyse sur le site MEDIUM.

 

Le secteur du numérique se développe constamment et les entreprises/startups sont très nombreuses dans ce secteur devenu très concurrentiel. Dans ce contexte, les défaillances sont inéluctables, d’autant plus que les modèles économiques sont peu éprouvés. Il est important d’anticiper ces défaillances que vous soyez clients, financeurs ou investisseurs des entreprises du numérique. Le recours à un tiers de confiance apparaît comme une garantie de sécurité dans la phase de sélection de vos partenaires, dans  la surveillance continue de la santé financière (cf . évaluer la santé financière de votre futur prestataire SaaS) et opérationnelle, voire in-fine dans la souscription d’une garantie de continuité de service auprès du tiers de confiance.