10 défaillances significatives du secteur numérique – 4ème Trimestre 2017

echec-business-concept_1284-5268

Au 4ème trimestre 2017, la baisse du nombre des défaillances d’entreprises, tous secteurs confondus, a été confirmée (-4,6 %). Le nombre d’emplois menacés sur l’année a lui aussi reculé : mois de 200 000 en 2017. Un record historique depuis 10 ans.
Tous les trimestres, exaegis se penche sur les défaillances des entreprises du numérique. Pour le 4ème trimestre de l’année 2017, on note un total de 353 jugements entre les redressements judiciaires (66), les liquidations judiciaires (173) et les liquidations judiciaires simplifiées (114). On constate donc une constance par rapport au 3ème trimestre 2017 où il y en avait 355. A croire que ce trimestre, l’embellie générale ne concerne pas spécifiquement le secteur du numérique. En revanche, on comptabilise 81 % de liquidation sur la totalité de ces jugements soit une légère baisse, comparé aux précédents trimestres de 2017.

Les données brutes sont issues de la base d’information fournie par notre partenaire Ellisphère.

Voici la sélection du quatrième trimestre 2017, basée sur les trois types de jugement synonymes de défaillance. Les critères de sélection portent sur la notoriété, le capital social, les derniers chiffres d’affaires et effectifs communiqués pas l’entreprise.

ALTAMYS

logo_altamys

Capital Social : 54 000 €
Chiffre d’affaires 2016 : 2 625 713 €
Année de création : 2007

Créée en 2007 à Montrouge, Altamys (initialement appelée Appic Services jusqu’en 2010) est une agence web spécialisée dans la conception et le développement d’outils de communication digitaux pour ses clients.
Les prestations d’Altamys vont de la conception au développement et à l’hébergement de sites web, de sites e-commerce et d’applications mobiles. Altamys s’occupe également de la conception de diverses communications digitales (vidéos, newsletters, référencement, plaquettes etc.) et propose des formations à la dématérialisation, ainsi que des outils facilitant sa mise en pratique.
Altamys a travaillé pour de grands groupes tels L’Oréal, EDF, GDF SUEZ ou encore VINCY.

En 2012, Altamys fusionne avec l’entreprise Khepri Systems.
En 2016, Altamys devient Partenaire Microsoft Silver Développement d’Applications et participe pour la 3ème année consécutive au Microsoft Experiences au Palais des Congrès de Paris.
En 2016, Altamys réalise un chiffre d’affaires de 2 625 713 €. Le total du bilan a diminué de 1,24 % entre 2015 et 2016.
En novembre 2017, la société Altamys est déclarée en liquidation judiciaire.

WOPATA

WOPATA

Capital Social : 440 000 €
Chiffre d’affaires 2015 : 1 394 553 €
Année de création : 2008

Créée en 2008 à Bordeaux, Wopata est une agence qui accompagne la transformation digitale de ses clients, depuis la conception stratégique, jusqu’à la mise en production d’applications web et mobile (iPhone et Android).
L’expertise de Wopata balaye tous les savoir-faire de son positionnement stratégique (conseil, design, développement, maintenance et formation).
Wopata est labélisée Jeune Entreprise Innovante pour ses travaux de R&D en intelligence collective par le Ministère de la recherche.
Wopata a travaillé pour de grands groupes tels Sanofi, Danone, Philips ou encore Biogaran.

En 2015, elle réalise un chiffre d’affaires de 1 394 553 €. Le total du bilan a augmenté de 28,09 % entre 2014 et 2015.
En décembre 2017, Wopata est déclarée en redressement judiciaire.

ORDITECH

Orditech

Capital Social : 295 454 €
Chiffre d’affaires 2015 : 1 367 397 €
Année de création : 1989

Créée en 1989 à Stasbourg, Orditech est un prestataire régional de services en ingénierie et matériel informatique. Spécialisée en informatique de gestion, l’entreprise apporte conseils, expertise et accompagne ses clients du choix, jusqu’à l’intégration de leur solution de gestion (audit du besoin, conception, installation, paramétrage, formation, assistance et services associés).
La mission d’Orditech est d’apporter des solutions pour répondre aux challenges et objectifs suivants de ses clients : Production, vente et gestion (produire, prospecter, vendre, animer, suivre) ; Structuration matérielle (matérialiser, organiser, sécuriser) ; Communication (partager, échanger).
Orditech est certifiée Cegid Business Partner et Partenaire Expert Orange Business Services.

En 2015, Orditech réalise un chiffre d’affaire de 1 367 397 €. Le total du bilan a augmenté de 13,77 % entre 2014 et 2015.
Début octobre 2017, un jugement prononce l’ouverture d’une procédure de redressement judiciaire et fin octobre 2017, le plan de cession totale est prononcé.
Dans la foulée, un jugement prononce la conversion en liquidation judiciaire avec arrêt du plan de cession au profit de la SAS 3C CONSULTANT.

EASYEXTERN

EASYEXTERN

Capital Social : 10 000 €
Chiffre d’affaires 2015 : 667 439 €
Année de création : 2007

Crée en 2007 à Rueil Malmaison, EasyExtern est un opérateur d’externalisation informatique qui propose une offre complète de maintenance et d’infogérance, aussi bien au niveau de l’environnement du poste de travail que de l’environnement système. EasyExtern s’appuie sur un réseau de 11 agences en propre, réparties sur l’ensemble du territoire.
Afin de répondre à tous les besoins en matière de sureté, sécurité, management et merchandising, EasyExtern propose également une offre globale de Vidéosurveillance, en intégrant toute la chaine de services nécessaires (téléphonique, réseaux et informatique).
EasyExtern gère l’audit, l’installation, la maintenant et l’assistance, ainsi que l’accompagnement et le conseil en développement de tous ses projets.
EasyExtern propose ses services aux TPE, ainsi qu’au Grands Comptes de toute l’union européenne.

En 2015, elle réalise un chiffre d’affaires de 667 439 €. Le total du bilan a augmenté de 13,46 % entre 2014 et 2015.
En octobre 2017, EasyExtern est déclarée en liquidation judiciaire.

AMJ GROUPE

amj_group

Capital Social : 743 000 €
Chiffre d’affaires 2016 : 370 026 €
Année de création : 2012

Créée en 2012 à Paris, AMJ-Groupe est une société de Conseil et de Services Informatique, qui accompagne ses clients dans leurs transformations digitales et les aide à faire le meilleur usage des nouvelles technologies.
AMJ-Groupe propose un portefeuille complet de services, apportant une réponse globale aux enjeux de développement et de compétitivité. Ses services sont le consulting et l’expertise, les études et le développement, la transformation digitale, l’information management & TMA et l’outsourcing IT.
Très tournée vers la responsabilité d’entreprise, AMJ-Groupe a mis en œuvre une démarche RSE, reposant sur les thèmes du développement durable, ainsi qu’une Responsabilité Sociale et Environnementale.
L’entreprise est présente en à Paris, à Rennes et à Aix-En-Provence.

En 2014, AMJ-Groupe obtient le renouvellement de son agrément au titre du Crédit Impôt Recherche (CIR), par le Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche.
En 2015, AMJ-Groupe rejoint les partenaires SILVER pour les Solutions Cloud, la plaçant ainsi dans le top 5 % des partenaires Microsoft.
En 2016, AMJ-Groupe est signataire du Pacte Mondial des Nations Unies et soutient donc les 10 principes concernant les droits de l’homme, les droits du travail, la protection de l’environnement et la lutte contre la corruption.
En 2016, elle réalise un chiffre d’affaires de 370 026 €. Le total du bilan a augmenté de 38.13 % entre 2015 et 2016.
En décembre 2017, AMJ-Groupe est déclaré en redressement judiciaire.

EDGI CONSEIL

EDGI Conseil

Capital Social : 56 000 €
Chiffre d’affaires 2015 : 353 088 €
Année de création : 2006

Créée en 2006 à Beuvry La Foret (59), EDGI Conseil est au commencement une société de services en informatique, ouverte aux professionnels et aux particuliers (dépannage d’ordinateurs familiaux, édition de logiciels, programmation, installation de serveurs etc.). En 2008, une nouvelle division vient se greffer : la communication print (création de maquettes, infographie, impression numérique, impression grand format etc.) mais aussi digitale (web design, création de sites internet etc.).
La division informatique d’EDGI Conseil couvre les domaines suivants : Etude et audit, fourniture et installation de matériel, vente de logiciels, gestion de la relation client, formation et assistance et streaming vidéo. La division EDGI Communication couvre les suivants : création de logos et chartes graphiques, magazines, cartes de visites, documents divers etc.

En 2015, elle réalise un chiffre d’affaires de 353 088 €. Le total du bilan a diminué de 3.18 % entre 2014 et 2015.
En décembre 2017, la société est déclarée en liquidation judiciaire.

DESCODE

descode

Capital Social : 51 966 €
Chiffre d’affaires 2016 : 319 063 €
Année de création : 2009

Créée en 2009 à Lyon, puis implantée à Dardilly (69) depuis 2013, Dèscode est une agence digitale et visuelle qui accompagne les évolutions et transformations du métier de créateur de sites internet (Webdesign, Mobile First, expertise Dynamique CMS et interfaces S.I).
L’entreprise est divisée en deux département : Créatif et Technique, qui permet à Dèscode de gérer l’intégralité de ses projets en interne, sans recourir à la sous-traitance (consulting T.I.C, design graphique et banding, prod web et application S.I., applications mobiles, e-commerce, hébergement, médias sociaux et e-marketing).
Dèscode est membre de La Cuisine du Web, association qui vise à favoriser l’entrepreneuriat web en s’appuyant sur un écosystème actif et complet.

Depuis septembre 2009, Dèscode est une SCOP (Société COpérative de Production).
Sur l’année 2016, elle réalise un chiffre d’affaires de 319 063 €. Le total du bilan a augmenté de 1,90 % entre 2015 et 2016.
En décembre 2017, la société est déclarée en liquidation judiciaire.

FOCALYS

focalys

Capital Social : 40 000 €
Chiffre d’affaires 2015 : 254 622 €
Année de création : 2004

Fondée en 2004 est situé à Malzéville (Grand Est), Focalys est une agence indépendante de conseil en communication.
Spécialisée dans la conception et la réalisation de projets de communication print et numérique (magazines, plaquettes, brochures, sites internet, e-commerce, applications web et mobiles etc.), Focalys propose des conseils en stratégie de communication et intervient en conception et création graphique de supports de communication, en développement d’applications logicielles web et mobile sur mesure (site vitrine, back-office, extranet, gestion de données, base documentaire, outil marketing, application mobile IOS et Android etc.) et en formation professionnelle.
Focalys travaille pour des PME et de grandes entreprises, du local à l’international telles que Prisme Assurances, les Laboratoires Pharmagest, Sodelor ou encore Arketeam.

En novembre 2012 à lieu une procédure de sauvegarde et un plan de sauvegarde en octobre 2013.
En 2015, la société réalise un chiffre d’affaires de 254 622 € et le total du bilan augmente de 3.69 % entre 2014 et 2015.
En octobre 2017, Focalys est déclarée en redressement judiciaire.

AXIOME DMC

Axiome DMC

Capital Social : 50 000 €
Chiffre d’affaires 2014 : 62 152 €
Année de création : 2004

Crée en 2004 et implanté dans la Drôme à Alixan, à côté de Valence (26), Axiome DMC est à la fois un organisme de formation web et une SSII qui accompagne et forme des entreprises, associations et collectivités dans la création de leurs sites internet et le développement de leur image sur la toile. L’entreprise exerce principalement son activité dans la Drôme et l’Ardèche mais couvre également la région PACA, la Sarthe, la Bourgogne etc.
En plus de ses différentes offres de formation, son expertise couvre la mise en place de stratégies web avec conseils et accompagnements, la création de sites, de vidéos d’entreprise et de chartes graphique, ainsi que l’hébergement de noms de domaines, le référencement web etc.

En 2014, Axiome DMC réalise un chiffre d’affaires de 62 152 €. Le total du bilan a augmenté de 49.51 % entre 2013 et 2014.
En novembre 2017, l’entreprise Axiome DMC est déclarée en liquidation judiciaire.

DACOPACK

DacoPack

Capital Social : 44 230€
Chiffre d’affaires 2015 : NC.
Année de création : 2015

Crée en 2015 à Maisons Lafitte (78), dacOpacK est un site collaboratif dédié au transport de biens. Il s’agit d’une plateforme gratuite de mise en relation entre ceux qui veulent faire partir un colis d’un point à un autre et ceux qui peuvent le transporter.
L’offre s’adresse à tous ceux qui souhaitent envoyer un colis, un objet volumineux, un meuble, un objet électroménager, ou quoi que ce soit, dans une autre ville sans passer par les services de transports classiques et bénéficier de tarifs imbattables. Un particulier ou un professionnel quelconque, ayant programmé de faire ce trajet prochainement, se chargera de le déposer à bon port.
Le site propose diverses solutions de transport, allant du colis voiturage (aussi appelé covoiturage de colis ou livraison entre particuliers) au cotranspostage (aussi appelé groupage pas des transporteurs professionnels).
Le concept de dacOpacK est basé sur l’optimisation des véhicules sur les routes dans une optique éco-responsables pour aboutir à une planère plus verte.
Les biens envoyés sont couverts jusqu’à 2 000 € par la MAIF.

En décembre 2017, dacOpack est déclarée en liquidation judiciaire simplifiée.

10 défaillances significatives du secteur numérique – 2ème Trimestre 2017

Tous les trimestres, exaegis se penche sur les principales défaillances du secteur numérique. Selon une étude d’ALTARES, le nombre de défaillances d’entreprises a baissé de 7,8 % sur un an au deuxième trimestre. Il s’agit du plus bas niveau enregistré depuis 20 ans.
Au deuxième trimestre 2017, il y a eu 460 défaillances du secteur numérique (77 en redressement judiciaire, 224 en liquidation judiciaire et 159 en liquidation judiciaire simplifiée). Sur le trimestre, il y a eu 83 % de liquidation sur la totalité des défaillances. Les données brutes sont issues de la base d’information fournie par notre partenaire Ellisphère.

Voici la sélection du deuxième trimestre 2017, basée sur les trois types de jugement synonymes de défaillance. Les critères de sélection portent sur la notoriété, le capital social et les derniers chiffres d’affaires et effectifs communiqués pas l’entreprise.

NEO SERVICES

logo-neo-services

Capital Social : 200 000 €
Chiffre d’affaires 2015 : 5 429 709 €
Année de création : 2004

Neo Service a été créée en 2004 à Marseille, par des professionnels issus du secteur des télécoms (Groupe France Télécom-Orange, Numéricable). A sa création, l’objectif était de permettre aux étudiants et jeunes travailleurs d’accéder à Internet Haut Débit et à la téléphonie illimitée, à des tarifs attractifs.

En 2006, la société investit le marché hôtelier en proposant des solutions Internet-Wi-Fi, IPBX et IPTV via Fibre Optique / xDSL, puis dans le marché du tourisme en proposant Neospot, une solution Internet-Wi-Fi dédiée aux résidences de tourisme, stations de ski, stations balnéaires et ports de plaisance.

En 2011, Neo Services et son partenaire Turenne Capital, créent une structure holding, NEXIM.

En 2016, Neo Services est un opérateur français spécialisé dans l’installation de solutions triple-play (Internet-Wifi, IPTV, IPBX) pour hôtels, résidences de tourisme et résidence étudiantes. Neo Services propose des solutions personnalisées et évolutives pour tous les besoins. La société prend en charge l’intégralité du processus, depuis l’étude technique de la couverture Wi-Fi /RJ45, jusqu’à l’exploitation, en passant par l’installation des ressources (Fibre Optique / xDSL) et la fourniture des services IP (Internet-Wi-Fi /RJ45, IPBX, IPTV, vidéo surveillance, Business Corners…)

Neo Services dispose d’un réseau de clients vaste et diversifié. La société gère et exploite plus de 1000 sites en France et à travers l’Europe, proposant l’accès Internet à plus d’1 million d’utilisateurs.

Depuis sa création en 2004, Neo Services est déclarée auprès de l’ARCEP (Autorité de régulation des communications électroniques et des postes) et membre de la communauté RIPE (Réseau IP Européens). Elle adhère également au label « French Tech ».

Depuis juin 2017, la société Neo Services est en cours de liquidation judiciaire.


ACOUSTIGUIDE FRANCE

logo Acoustiguide

Capital Social : 40 000 €
Chiffre d’affaires 2015 : 2 851 584 €
Année de création : 1997

Créée aux Etats-Unis en 1957, Acoustiguide a été implantée à Paris en 1997. Aujourd’hui présent dans le monde entier (Amérique du Nord, du Centre et du Sud, Europe, Asie Pacifique et Moyen Orient), Acoustiguide propose des visites audioguidées, numériques ou multimédias sur différentes plateformes (téléphones portables, smartphones, lecteurs multimédia et Internet), ainsi que du matériel breveté et des logiciels propriétaires spécifiquement conçus et manufacturés pour le marché du tourisme culturel. Acoustiguide est également l’un des plus grands fournisseurs mondiaux de services interprétatifs.

En 1993, le premier lecteur portatif numérique, conçu par Acoustiguide pour le musée du Louvre à Paris, a fait l’effet d’une révolution. Pour la première fois, les auditeurs n’étaient plus contraints de suivre un itinéraire imposé mais pouvaient se déplacer en toute liberté, à leur propre rythme, en sélectionnant les œuvres de leur choix.

En 2005, Acoustiguide a fusionné avec Espro Information Technologies. La nouvelle société possède douze bureaux et un réseau de distribution international allant de New York à Sydney et de Saint-Pertersbourg à Rio de Janeiro.

En 2007, Acoustiguide lançait son produit le plus sophistiqué à ce jour : la série Opus, une nouvelle génération de guides multimédia dotés de fonctionnalités audio, image et vidéo.

En juin 2017 Acoustiguide France a été déclarée en redressement judiciaire.


C2IS 

Logo C2IS

Capital Social : 193 500 €
Chiffre d’affaires 2015 : 1 654 451 €
Année de création : 2003

Créée en 2003  à Lyon, C2iS est une agence digitale pure player, composée d’une communauté d’experts et de passionnés du digital, spécialisée dans le secteur du tourisme. L’agence conçoit et développe tous les types de dispositifs web (sites internet, sites mobiles, applications, objets connectés, bots, etc.).

Leur modèle est basé sur la « co-création avec leurs clients » pour aider les acteurs du tourisme à commercialiser, valoriser et partager leurs offres et services.

Leurs domaines d’expertises sont le conseil (audit et veille concurrentielle, stratégie de marque etc.), le design (création de concepts, identité créative etc.) et la performance (web analytics, parcours clients, réflexion CRM etc.). Leurs compétences sont variés et balaye tous les domaines digitaux (Symfony, Drupal, WordPress, Apidae, SynXis, Magento, Prestashop, Citybreak, AllianceRéseaux, HTML, JS, CSS, IOS, Android etc.)

Leurs principaux clients vont des stations de ski, au Centre Pompidou, en passant par des associations, des groupes hôteliers ou encore des campings.

En 2012 et 2015, l’agence C2iS a été élue meilleure agence digitale spécialisée Tourisme.

Fin mars 2017, C2iS a été déclarée en redressement judiciaire puis en liquidation judiciaire en avril 2017.

En avril 2017, C2iS a été racheté par Acti, agence digitale indépendante de Lyon. 17 des 30 salariés de C2iS ont été repris et Acti compte à présent 45 salariés.

TWIISTER SYSTEMS

twiister

Capital Social : 18 251 €
Chiffre d’affaires 2015 : 1 529 592 €
Année de création : 2008

Fondée en 2008, Twiister Systems est une société lyonnaise, spécialisée dans la conception et l’intégration de solutions de mobilité et de traçabilité en milieu professionnel et industriel (RFID et codes-barres).

En 2013, Twister System créée « Twiistore », une technologie basée sur le radioidentification (RFID), qui permet aux commerçant (particulièrement dans l’univers de l’habillement, de la chaussure, de la parfumerie, de la bijouterie et de l’optique), d’interconnecter leur boutique. Autrement dit, en installant une étiquette équipée d’un tag RFID dans un vêtement, le produit est automatiquement connecté à l’ensemble des autres objets de la boutique : produits, tablettes, miroirs de cabines d’essayage etc.

En 2013, Twiister Systems réalise une levée de fonds de 750 000 € auprès de trois investisseurs de la région Rhône-Alpes : Sofimac (350 000 €), Rhône-Alpes Création (300 000 €) et Carvest (100 000 €).

En 2014, Twister System équipait une seule boutique à Lyon.

En 2016, L’entreprise développe et commercialise des solutions complètes d’infrastructures communicantes sans fil et d’identification par codes-barres et/ou RFID, adaptées aux métiers et aux contraintes de leurs clients et propose des solutions de service variées : location ; maintenance ; cablage ; installation ; financement et formation.

En mars 2017, Twiister Systems a été déclarée en jugement d’ouverture d’une procédure de redressement judiciaire.

En mai 2017, Twiister Systems a été déclarée en liquidation judiciaire.


H TRADE

H TRADE

Capital Social : 37 000 €
Chiffre d’affaires 2015 : 1 813 495 €
Année de création : 2008

Société active depuis 2008 à Sainte Marie des Champs (76), H Trade appartient au groupe Hubb.

A sa création, la première activité du groupe Hubb était l’installation téléphonique dans les automobiles. Aujourd’hui, le groupe est spécialisé dans les Solutions de télécommunications fixes et mobiles, informatique, d’impression, de communication et de financement.

Avec l’émergence de la téléphonie mobile dans les années 90, le groupe s’est orienté vers la distribution de téléphone mobile à l’usage des professionnels et des particuliers et devient franchise SFR.

En 2011, une activité revente de copieur numérique et une activité d’agence Web sont également développées afin d’offrir un « service 360 ». Le groupe Hubb est alors composé de H Com (pour la partie communication) et de H Trade (pour la partie Web).

H Trade propose un service de mise en œuvre de site Web, plus qu’un catalogue de produits packagés. Il s’agit d’une offre « sur mesure » effectuée sur devis, qui peut être composée de site vitre, e-catalogue, e-commerce et d’autres fonctionnalités plus abouties pour des besoins particuliers (par exemple réseau social pour les centres commerciaux).

En mai 2017, le Groupe Hubb, la société H Com et la société H Trade ont été déclarés en liquidation judiciaire.

GOLDEN MARKET

logo-golden-market2

Capital Social : 138 000 €
Chiffre d’affaires 2015 : 934 644 €
Année de création : 2000

GoldenMarket a été créée à Paris en 2000. Cette agence web est spécialisée dans la création de site Internet, la stratégie web, le référencement et le webmarketing.

En 2003, le capital social passe à 68 602,64€.

La démarche de gestion de projet de la web agency GoldenMarket s’articule en 7 étapes distinctes (prise de contact client avec l’agence web, conseil pour optimiser la création de site internet, organisation et récupération de données, conception de site internet, création du site internet et mise en ligne, promotion et référencement, accompagnement). Cette organisation permet un suivi de projet optimal, dans le respect des objectifs fixés avec le client. Elle est aussi la garante d’une conception de site internet réussie, dans le cadre des délais prévus.

L’agence dispose de plusieurs compétences qui sont réalisées en interne, à savoir la conception et la création des sites Internet, l’infographie, l’intégration HTML, le développement de base de données, le développement spécifique de logiciels Intranet Extranet, le CRM et le référencement profesionnel sur mesure.

Leurs principaux clients sont des grands comptes, des institutions, des PME et des TPE.

En 2011, WebAgency obtient la certification PrestaShop.

En 2014, Web Agency fait partie de Google Partner.

En 2016, Goldenmarket est implantée dans plusieurs grandes villes de France : Montreuil (siègeà, Lille, Maseille, Dijon et Lyon.

En mai 2017, GoldenMarket, agissant sous le nom de G.M, a été déclarée en redressement judiciaire.

OKAZADO

logo-okazado-fixed

Capital Social : 460 000 €
Chiffre d’affaires 2015 : NC
Année de création : 2015

Okazado est un site d’annonces de produits d’occasion pour les jeunes (collégiens, lycéens et étudiants) et leurs parents. Il est disponible en site Internet mais également en application sur l’App Store ou Google Play.

Le site propose 4 univers pour trouver et déposer des objets à prix cassés : Geek (smartphones, ordinateurs, consoles de jeux…), Sportif (vélos, raquettes de tennis, skateboards…), Artiste (CD, DVD, livres, jeux de société…) et Fashion (Chaussures, vêtements, sacs…). Un contrôle parentale des annonces est appliqué pour les jeunes mineurs inscrits.

Les jeunes, inscrits au site, peuvent déposer leurs annonces gratuitement et de façon illimitée avec la formule « Découverte ». Chaque annonce déposée via cette formule est composée d’une photo et d’un descriptif.  Les inscrits peuvent également mettre en place une alerte email pour la recherche d’un objet précis. Il est également possible d’effectuer ses recherches par collège, lycée ou proximité. Pour booster les ventes, 2 formules de diffusions sont proposées : Premium et VIP.

En 2016, le groupe KBR prend la présidence d’Okazado.

En avril 2017, Okazado est déclarée en redressement judiciaire.

INNEOTEC

logo_trans2

Capital Social : 1 000 €
Chiffre d’affaires 2015 : 24 807 €
Année de création : 2014

L’entreprise Inneotec a été créée en 2014 à Mulhouse. Outre la maîtrise du métier d’électricien, la société a de solides compétences dans les domaines de l’informatique, de la domotique et de toutes les nouvelles technologies, connectées ou non.

Leurs compétences s’articulent autour de 4 domaines, le câblage en réseau informatique et téléphonique (baie de brassage, tirage de cable), les alimentations électriques des équipements actifs (électricité, courants faibles, BT, TBT), la domotique avec la maison connectée et enfin les médias connectés avec la diffusion sonore et la vidéo.

Les clients d’Inneotec sont issus du secteur tertiaire ou de l’habitat et la société opère à la fois sur des projets neufs ou de rénovation.

En mai 2017, Inneotec a été déclarée en jugement d’ouverture de liquidation judiciaire.

SCRIPTUM ARCHIVES

Logo scriptum BV

Capital Social : 15 244 €
Chiffre d’affaires 2015 : NC
Année de création : 1987

Créée à Paris en 1987, Scriptum Archives propose une offre d’archive de documents numériques.

L’entreprise prend en charge l’ensemble des sources documentaires actuelles (papier, démat, imagerie…) et offre à ses utilisateurs l’usage d’archives numériques délivrées de toutes contraintes, entièrement sécurisées et garantes de l’ensemble des fonctions de l’archivage. Il s’agit d’un archivage numérique de haute fiabilité, qui prend simultanément en charge tous les enjeux des archives numériques, notamment le temps long, la preuve juridique, le respect de la vie privée et de l’environnement.

Le service repose sur une conjonction entre le digital et l’argentique qui consiste à cloner les documents dématérialisés qui sont « pris en photo » sur un support argentique, ce qui leur confère l’irréversibilité sur une durée de vie de plusieurs siècles, et à faciliter l’utilisation dématérialisée de ces mêmes documents, en les libérant des contraintes du temps long et de la preuve qui sont pris en charge par leur clone argentique.

Le 1er octobre 2016, les règles de preuve juridique connaissent une réforme majeure : La copie fiable a la même force probante que l’original (Code civil, article 1379). La loi a donc attribué aux documents dématérialisés un statut juridique précis et impose une exigence essentielle à leur archivage : la fiabilité.

La solution DigitalFilmArchive a été mise au point en France, afin de répondre efficacement aux défis de l’archivage, de la fiabilité des documents numériques et de la conformité avec le droit de la preuve.

En mars 2017, Scriptum a été déclaré en redressement judiciaire.


CONNECTIVE-IT

Logo Connective IT

Capital Social : 5 000 €
Chiffre d’affaires 2015 : NC
Année de création : 2014

Connective IT a été créée à Lille en 2014. L’entreprise est un intégrateur et opérateur de services IT qui accompagne ses clients dans les projets d’infrastructures télécoms VOIP, de la conception à l’infogérance de leurs solutions de communication IP.

Leurs forfaits VOIP incluent des appels illimités sans conditions (gratuits depuis tous les postes vers les fixes et mobiles de 2 à plus de 60 canaux simultanés) et toutes les options essentielles.

La VOIP permet le plug & play pour éviter les installations lourdes et couteuses, ainsi qu’un réseau unique et une interface web utilisateur simplifiés.

Leurs servers hébergés en DATA CENTER bénéficient d’une haute disponibilité et d’une capacité illimitée de connexions. Ils sont systématiquement redondés 4 fois pour assurer une qualité de service optimale, garantie sans coupure.

Avec la technologie Cloud PBX, il est possible de bénéficier d’une téléphonie d’entreprise hébergée, gérée et sans coûts de maintenance avec les mêmes fonctionnalités qu’une installation classique PBX. Le forfait intègre lignes et postes fixes, standard de dernière génération, services innovants de téléphonie et de convergence fixe-mobile.

Pour acheminer leurs services, Connective-IT n’utilise que des liens Orange Business Service.

Connective-IT est certifié SELECT CISCO.

En mai 2017, Connective-IT a été déclarée en redressement judiciaire.

En juillet 2017, Connective-IT est en cours de liquidation judiciaire.

10 défaillances significatives du secteur numérique – 1er Trimestre 2017

Tous les trimestres, Exaegis se penche sur les principales défaillances du secteur numérique. Au premier trimestre 2017, il y a eu 703 défaillances (126 en redressement judiciaire, 306 en liquidation judiciaire et 271 en liquidation judiciaire simplifiée). Sur le trimestre il y a eu 82 % de liquidation sur la totalité des défaillances. Les données brutes sont issues de la base d’information fournie par Ellisphère.

Ce baromètre est également disponible sur ChannelBP.

Voici la sélection du premier trimestre 2017, basée sur les trois types de jugement synonymes de défaillance. Les critères de sélection portent sur la notoriété, le capital social, et les derniers chiffres d’affaires et effectifs communiqués par l’entreprise.

ACTIV France

activ france logo

Capital social : 515 584,00 €
Chiffre d’affaires 2015 : 3 607 100,00 €
Année de création : 1996

Implantée initialement au Havre, puis à Reims, Paris et Rennes, ACTIV France est une entreprise de services informatiques spécialisée principalement dans deux domaines, l’Enterprise Resource Planning (ERP) Dynamics de Microsoft et l’infrastructure réseau.

Avec ses nombreuses certifications et labels (Microsoft Gold, HP Privilège, HP Mainteneur, Citrix, Cisco, Expert sécurité Netasq, Microsoft Dynamics, etc) ACTIVE France est en capacité d’offrir un large panel de services à ses clients. Parmi ces derniers, nous pouvons retrouver des groupes comme Port Synergy, RUFI HOLDING ainsi que des PME et PMI.

ACTIV France installe auprès de ces organisations des solutions de gestion ERP Microsoft Dynamics (Nav et CRM) et des solutions de gestion ERP Microsoft Divalto. Tout en réalisant des audits et expertises sur des systèmes d’informations et de Cloud, cette société conçoit également des architectures informatiques ainsi que des réseaux sécurisés (PRA, PCA, sauvegarde en ligne). De surcroît, elle propose des services de maintenance informatique (matériel HP, IBM) ainsi que des services d’infogérance sur les infrastructures informatiques et parcs d’impression.

Son développement et son expertise ont amené ACTIV France à être un des membres fondateurs du Réseau Euralliance’s, premier réseau de distributeurs et prestataires de services informatiques en France. Cependant, suite à sa mise en redressement judiciaire en avril 2016, ACTIV France quitte ce réseau après plus de 20 ans d’adhésion. Dans les mois qui suivent, ACTIV France annonce dans le cadre d’un plan de cession avoir rejoint la société 3Li Business Solutions spécialisée dans le développement de solutions Microsoft Dynamics. ACTIV France devient alors ACTIV 3Li.

Depuis décembre 2016, ACTIV France est en liquidation judiciaire.

EURO SYTEM
EURO SYSTEM
Capital social : 160 000,00 €
Chiffre d’affaires 2015 : 1 969 000,00 €
Année de création : 1988

Fondée en 1988, EURO SYSTEM est une entreprise située dans le département de l’lsère, à Varces. Composée de 20 salariés, celle-ci a pour domaines d’expertise l’intégration de solutions automatisées, la gestion technique électrique ainsi que la télégestion. A ces métiers s’ajoute une activité historique, celle de la gestion d’énergie automatisée de la marine marchande et militaire. En réalisant ces systèmes automatisés, EURO SYSTEM assure également un service d’accompagnement et de suivi dans le cadre de ces installations incluant par exemple la gestion de l’information émis par ces équipements.

Ces solutions automatisées sont destinées principalement à trois grands secteurs d’activités : les infrastructures (traitement de l’eau, assainissement, gestion de poste électrique, balisage de pistes et tunnels), l’industrie (industrie automobile, chimique, plastique, papetière) et le bâtiment tertiaire (climatisation, éclairage, contrôle d’accès, vidéosurveillance).

EURO SYSTEM dispose ainsi de nombreuses compétences en matière de conseil, de projets, de développement de solutions automatisées ainsi qu’en formation. Ces dernières lui permettent de proposer des produits comme le CN1000 NEO et Erecca. Le premier est un contrôleur de communication industriel permettant de connecter des équipements de gestion technique électrique et le second est une interface de câblage permettant de remplacer d’ancien automate par des automates dernières générations dans un temps relativement court.

Parmi ses clients, EURO SYSTEM compte Veolia Eau, Total, Caterpillar, Alstom, Schneider Electric et bien d’autres.

Visant de nouvelles opportunités, EURO SYTEM s’est rapprochée d’une société nommée AUTOMATIQUE & INDUSTRIE (A.I) située à Saint-Jean-de-Moirans. Opérant dans le même secteur, conception et intégration de solutions automatisées, la société A.I procède à l’acquisition d’EURO SYSTEM notamment pour conquérir de nouveaux marchés (eau et assainissement) et bénéficier de son expérience. Il s’agit maintenant de savoir si la société A.I conservera la marque EURO SYSTEM ainsi que son siège.

EURO SYSTEM est en liquidation judiciaire depuis février 2017.

I MOOV

I MOOV

Capital social : 1 005 300,00 €
Chiffre d’affaires 2012 : 637 517 €
Année de création : 2003

Localisée dans le département de la Savoie, l’entreprise i-moov fondée en 2003 est spécialisée dans l’optimisation de flottes de véhicules professionnels. Pour ce faire, elle équipe les véhicules de technologies de géolocalisation (Ex : boitier de géolocalisation) ainsi que des technologies de télécommunications (logiciels embarqués). La clé de démarrage est également remplacée par un badge. Ces véhicules sont ensuite mis à disposition auprès d’entreprises. Ces technologies permettent à ces dernières de suivre en temps réel ses véhicules et d’enregistrer les différents trajets effectués. Un système de pointage du personnel peut également être mis en application. Toutes ces données peuvent être consultées grâce à un système Web API et des applications mobiles multi-plateformes. En parallèle, un site web est également élaboré afin de pré-réserver les véhicules.

A travers ces métiers du transport, elle souhaite satisfaire de manière industrielle la demande liée à la mobilité. C’est pourquoi, elle s’efforce de développer et de mettre en œuvre des solutions toujours plus innovantes notamment sur les marchés de l’auto-partage électrique. A titre d’exemple, cette solution de l’auto-partage a été retenue en montagne par des stations de ski françaises. Chaque vacancier peut ainsi se déplacer ponctuellement avec des « Twizy Montagne » (lancés en février 2014). Ces derniers sont des véhicules électriques élaborés par Renault et transformés par Keymoov (opérateur français d’auto-partage) afin de pouvoir transporter des skis et vélos. L’entreprise i-moov se charge d’équiper technologiquement ces véhicules (badge d’accès et système de géolocalisation).

Les compétences d’i-moov lui ont ainsi permis de mettre en œuvre des flottes de véhicules sur plusieurs sites d’auto-partage comme Alpes d’Huez, Bourg d’Oisans, les Deux Alpes, Tignes, Valberg, etc.

Par ailleurs, i-moov a émis un besoin de financement à hauteur de 800 000€ sur Booster Tech, une plateforme d’investissement dédiée au secteur des Technologies Innovantes, de l’IT et de l’Internet.

I-moov est en liquidation judiciaire depuis novembre 2016.

C2iS

C2iS
Capital social : 193 500,00 €
Chiffre d’affaires 2015 : 1 654 500,00 €
Année de création : 2003

Fondée en 2003, cette agence digitale située à Lyon est composée d’environ 30 experts. Parmi ces derniers, se trouve des consultants, ingénieurs, intégrateurs, ergonomes et designers. Tout en mobilisant leurs compétences (Symfony, Drupal, WordPress, Apidae, SynXis, Magento, HTML, CSS, etc) et en échangeant avec leurs clients, ces experts élaborent des sites web, des applications, des sites mobiles et bien d’autres produits. La très grande majorité de ses clients appartient au secteur du tourisme et dans une moindre mesure au secteur de l’immobilier et du retail.

C2iS a été élue meilleure agence digitale de l’année en 2012 et 2015 dans le secteur du Tourisme. Ainsi, du fait de son savoir-faire et de son expérience, elle intervient régulièrement lors d’évènement, de rencontre autour des métiers du web et du digital (Blend Web Mix, Paris Web, Next Tourisme 2016, Les Académies du Tourisme Numérique, etc).

Mis en redressement judiciaire en décembre 2016, C2iS se fait racheter par la société ACTI qui est également une agence de communication digitale lyonnaise. Celle-ci a conservé 17 des 30 salariés de C2iS, ce qui porte son effectif à 45 personnes. A travers ce rachat, Benjamin Beaudet, dirigeant de C2iS souhaite « pérenniser 15 ans d’expérience » dans ce secteur.

TWIISTER SYSTEMS

TWIISTER SYSTEMS
Capital social
 : 18 251,00 €
Chiffre d’affaires 2015 : 1 529 600,00 €
Année de création : 2008

Fondée en 2008 par Foudil Dekhinet et Ludovic Desmaretz, Twiister Systems est une entreprise lyonnaise experte dans la conception et l’intégration de solutions de mobilité et de traçabilité au sein du monde professionnel et industriel. Pour ce faire, cette entreprise développe des infrastructures communicantes sans fil, des systèmes d’identification par codes-barres et/ou RFID (radio frequency identification) ainsi que des logiciels spécifiques. En parallèle, Twiister Systems offre des services d’audit et de conseil, d’installation et de paramétrage, de câblage ainsi que des services de maintenance.

Après une période de forte croissance, Twiister Systems procède en 2012 au rachat de Cubes Technology, un éditeur de solutions de mobilité. Cette même année, elle entre dans le capital d’une société italienne spécialisée dans les tags RFID Technology Tags. Par ailleurs, à cette date, Twiister Systems compte 300 clients.

En 2013, Twiister Systems réalise une levée de fonds à hauteur de 750 000 € auprès de trois investisseurs rhônalpin (Sofimac, Rhône-Alpes Création et Carvest). Cette levée de fonds a pour objectif d’intensifier son développement, de poursuivre ses travaux de recherche et développement en matière de RFID et d’augmenter les effectifs.

Parmi ses partenaires, nous pouvons trouver Solid (Solutions en identification), Psion, Cisco, Zebra Technologies, LXE, Athesi Mobile Generation, Motorola, Datalogic, Opticon, Intermec, Orange Business, SFR entreprises, Oevo, etc.

Twiister Systems est en redressement judiciaire depuis février 2017.

ARIOFLOW

ARIOFLOW
Capital social : 69 000,00 €
Chiffre d’affaires 2015: 1 300 000,00 €
Année de création : 2007

Anciennement MGStream, ArioFlow est une entreprise d’une dizaine de salariés basée à Nantes spécialisée dans l’édition de progiciels. Cette dernière propose une solution permettant de dématérialiser entièrement les processus métiers. Les dirigeants peuvent diffuser leurs ordres de mission auprès de leurs équipes opérationnelles via une plateforme (ARIOFLOW PORTAL) qui se veut facilement évolutive et accessible en version CLOUD. Experts et contrôleurs de terrain peuvent exécuter leurs tâches et capturer les informations du terrain via des formulaires personnalisables disponibles sur leurs tablettes tactiles, PC portables et Smartphones. Différentes applications permettent en effet d’éditer des formulaires, d’administrer les données collectées, de gérer les documents recueillis et d’analyser des indicateurs clés de performance. Cette solution permet par exemple d’inspecter un chantier, d’évaluer un sinistre, d’inspecter des véhicules (camions) ou encore de régler des litiges en ligne.

Ce process d’inspection se destine aux acteurs de l’énergie, de l’assurance, de la construction et l’équipement. Total, Cunningham Lindsey et Veolia ont par exemple opté pour cette solution d’expertise.

En 2014, la Région des Pays de la Loire a accordé à ArioFlow dans le cadre du Fonds Pays de la Loire Territoires d’Innovation la somme de 32 000 €. Cette dernière devant permettre d’apporter de nouvelles améliorations à leurs produits.

Cette entreprise créée en 2015 une filiale à Dallas dans l’optique de travailler davantage avec l’un de ses clients (Cunningham Lindsey).

Par ailleurs, en partenariat avec le Centre national de prévention et de protection (CNPP), elle développe une application permettant de dématérialiser le formulaire de demande de permis de feu. Ce nouvel outil a été récompensé en octobre 2016 au salon Preventica à Rennes par le prix de l’Innovation.

ArioFlow est en redressement judiciaire depuis avril 2017.

APPLICATOUR

APPLICATOURCapital social : 207 892,00 €
Chiffre d’affaires 2015 : non communiqué
Année de création : 2003

Fondée en 2003 par Stanislas Drouin, Applicatour est une entreprise de 25 salariés positionnée dans l’édition de logiciels dédiés au secteur du tourisme et des voyages (e-tourisme). Cette organisation est un spécialiste du voyage en ligne sur mesure. Située initialement à Pairs, celle-ci a déménagé à Bordeaux.

La réservation et la gestion de voyages en ligne est une des solutions que cette entreprise a développée sur la période de 2006-2009. Cette dernière nommée « Via System » s’adressait aux professionnels du tourisme. Aventuria et JetSet Voyages avaient par exemple opté pour cette solution.

En 2009, Applicatour a développé pour Selectour.com le premier moteur de recherche permettant d’effectuer une comparaison entre les prix des billets d’avion et de train.

Dernièrement, cette entreprise a conçu la plateforme de réservation TravelBoard destinée aux professionnels du tourisme. Cet outil permet à une agence d’élaborer en temps réel plusieurs devis de voyage sur-mesure.

Parmi ses clients, nous pouvons également compter Sabre Travel Network, AMEX et Carlson Wagonlit Travel (CWT). Applicatour a également établis des partenariats avec Expedia et Amadeus.

En 2013, cette entreprise a effectué une levée de fonds de 800 000 € auprès de différents acteurs économiques tels que le Crédit Agricole Aquitaine Expansion, la SCR solidaire du Groupe SIPAREX ainsi que la société SOLID pour basculer ses solutions en mode SaaS.

Mis en redressement judiciaire en octobre 2016, Applicatour a été mis en liquidation judiciaire depuis décembre 2016.

B2F Concept

B2F CONCEPT
Capital social
 : 103 000,00 €
Chiffre d’affaires 2015 : non communiqué
Année de création : 2004

Située dans le département de la Savoie, B2F CONCEPT est une entreprise de services informatiques spécialisée dans l’e-tourisme.

Ses solutions technologiques équipent un grand nombre de destinations touristiques françaises (montagne, mer, destinations thermales, etc) ainsi que des départements. Elles permettent de commercialiser leurs différentes offres (centrale de disponibilité, centrale de réservation, etc).

Cette entreprise est aussi une web agency qui conçoit, remodèle et héberge des sites internet, intranet, extranet et qui opère dans le buzz marketing, le référencement, la vente en ligne, la gestion de domaine, l’e-commerce, etc.

En Juin 2004, elle procède au rachat de LOGITOGE, entreprise spécialisée dans l’édition de logiciel pour Avocats.

Trois ans plus tard, elle absorbe la Société ICOR, un hébergeur et éditeur Internet et technologies e-tourisme.

L’année suivante, B2F CONCEPT procède au rachat de la société SOPRANE, également hébergeur et éditeur Internet et technologies e-tourisme. Cette même année, elle rachète la société FACTORY PROD, un éditeur de technologies Print. B2F Concept cessera cette activité un an plus tard.

En Juin 2011, elle procède à l’absorption de France Resa afin de développer son offre e-tourisme. Deux ans plus tard, cette société procède à la revente de LOGITOGE afin de se recentrer sur son cœur de métier à savoir l’e-tourisme.

Mis en redressement judiciaire en mars 2017, B2F CONCEPT a été rachetée par B4F Business For Fun, filiale du Groupe SUISSE iXion Services S.A.

Business Lab

BUSINESS LAB
Capital social
 : 146 930,00 €
Chiffre d’affaires 2015 : non communiqué
Année de création : 1998

Créée en 1998 par Valérie Legat, Business Lab est une agence de communication située à Nanterre qui emploie 65 salariés.

Cette dernière est positionnée dans l’e-commerce, le netchandising ainsi que dans les stratégies new media. Elle intervient auprès de grandes entreprises dans le secteur bancaire, grande distribution, industriel et touristique ainsi qu’auprès de start-up notamment pour définir leurs stratégies de communication et de marketing.

Business Lab est intervenue auprès d’Amplifon (solutions auditives) pour élaborer son nouveau programme de fidélisation, d’All Fresh Logistics (entreprise de logistique) pour concevoir sa nouvelle stratégie de communication, d’Areva pour élaborer son nouvel Intranet et de Spir Communication pour définir ses stratégies de marketing. Cette entreprise a également offert ses services à Peugeot pour remodeler son site web, à Leroy Merlin ainsi qu’à Michel Edouard Leclerc

En 2016, cette agence de communication a remporté auprès de son client Leroy Merlin et de l’agence éditoriale Ici Barbès le Grand Prix du Brand Content d’Or. Ce dernier récompense les meilleures stratégies de contenu de marques.

En 2017, Business Lab annonce qu’elle devient la première agence digitale européenne dans les secteurs de l’Aérien et du Travel.

D’après la presse, Business Lab a été déclarée à sa demande en redressement judiciaire en avril 2017. Par cette action, l’agence souhaite être de nouveau en capacité d’investir dans son développement.

GENOSTAR

GENOSTAR
Capital social
 : 133 906,00 €
Chiffre d’affaires 2015 : 948 500,00 €
Année de création : 2004

Fondée en 2004 par François Rechenmann, cette entreprise de bio-informatique et bio-analyse est située dans la région Auvergne-Rhône-Alpes.

Évoluant dans les domaines de la santé, biotech et chimie, cette dernière offre un environnement intégré d’analyse et de comparaison de génomes microbiens (bactéries, virus, levures, etc). Elle s’attache en effet à développer des outils de diagnostic clinique mobilisant des technologies de séquençage génomique et métagénomique à très haut débit.

Licences logicielles, prestations de bio-analyse, formations spécialisées telles sont les solutions que cette entreprise propose à ses clients. Ces dernières se destinent par exemple aux entreprises appartenant aux secteurs pharmaceutiques, énergétiques et agroalimentaires qui ne souhaitent pas dans l’immédiat investir dans des outils bio-informatiques. A travers ces solutions, il s’agit dans un premier temps d’analyser et de comparer les données génomiques d’organismes microbiens puis dans un second temps gérer l’ensemble des données et connaissances qui en découlent.

En matière de technologie, Genostar a su développer une technologie nommée Genostar Easy capable d’annoter dans un temps très court, et qui plus est, à un coût réduit de grands ensembles de souches appartenant à un même organisme.

Autre exemple, cette entreprise a développé un service de génomique comparative (WallGene) permettant de comparer l’organisation d’un grand ensemble de génomes et d’étudier les synténies (gènes).

Genostar a également développé en collaboration avec la Fondation Mérieux un logiciel (Vairant) capable de prendre en charge « l’intégralité du processus d’analyse et de comparaison des séquences génomiques, ainsi que l’enregistrement et la gestion des données cliniques et épidémiologiques qui leur sont relatives » (Inria).

Genostar est en redressement judiciaire depuis février 2017.

A relever…

Depuis notre précédent baromètre, nous pouvons noter que :

  • Voxygen, entreprise spécialisée dans les technologies de synthèse vocale dispose encore de 4 mois pour procéder à sa restructuration et présenter son nouveau plan de redressement. Précisons que la filiale Voxygen Health n’est pas concernée par cette restructuration. Celle-ci étant sur un marché porteur (synthèses des voix pour les malades).
  • Relaymark reste a priori en situation de redressement judiciaire.

10 défaillances significatives du secteur numérique (4ème trimestre 2016)

Tous les trimestres, Exaegis se penche sur les principales défaillances du secteur numérique. Au quatrième trimestre 2016, il y a eu 878 défaillances (166 en redressement judiciaire, 424 en liquidation judiciaire et 288 en liquidation judiciaire simplifiée). Sur le trimestre il y a eu 81% de liquidation sur la totalité des défaillances. Les données brutes sont issues de la base d’information fournie par Ellisphère.

Ce baromètre est également disponible sur ChannelBP.

Voici la sélection du quatrième trimestre 2016, basée sur les trois types de jugement synonymes de défaillance. Les critères de sélection portent sur la notoriété, le capital social, et les derniers chiffres d’affaires et effectifs communiqués par l’entreprise.

 

xl print maling

XL PRINT ET MAILING

Capital Social : 500 000 € ; CA 2014 : 9 149 000€ ; Année de création : 1998.

XL Print et Mailing est une entreprise fondée par Arnaud Cabal en juin 1998 et installée dans la région de St Etienne. Devenue au fil des ans un acteur industriel important dans le domaine des arts graphiques, la société XL Print et Mailing intègre des métiers complémentaires : impression offset, impression numérique petit et grand format, routage, colisage et logistique de marketing direct.

A l’origine spécialisée dans le domaine du routage, elle a étendue progressivement ses compétences au domaine de l’impression et a investi en 2013 dans des imprimantes numériques grand formats permettant la réalisation de supports en petite série de haute qualité.

La presse précise que les difficultés de l’entreprises sont apparues suite à un piratage informatique en mars 2014 qui leur a fait perdre leur principal client ainsi que près de 2 millions d’euros de chiffre d’affaires. XL Print et Mailing est liquidation judiciaire depuis novembre 2016.

 

praximPERCEPTION RAISONNEMENT ACTION MEDECIN (PRAXIM)

Capital social 8 475 624 € ; CA 2014 : 2 662 900€ ; Année de création : 1995.

Créée en mars 1995 dans la région de Grenoble, PRAXIM est une entreprise spécialisée dans le développement et la commercialisation de systèmes automatisés utilisés par les chirurgiens pour rendre les opérations de l’arthroplastie articulaire plus efficace. Les solutions proposées par PRAXIM sont multiples pour faciliter les opérations : robot chirurgical i-Block(TM), le système de navigation chirurgical informatisé Nano-station(TM), instruments chirurgicaux manuels Nano-block(TM) pour à la chirurgie assistée par ordinateur.

En 2003, PRAXIM acquiert la société Suisse Medivision et se développe à l’échelle européenne et aux Etats-Unis grâce à un partenariat avec l’« Hopistal for Special Surgery » de New York.

En 2004, Praxim réalise une levée de fonds de 7,1M€ auprès de CDC Entreprises Innovation, Turenne Capital Partenaires, Matignon Technologies, Pre Ipo Invest et BNP Private Equity.

En 2005, elle reçoit l’un des prix annuels des Technologies de la Société de l’Information (TSI) de la Commission Européenne pour son logiciel « Surgetics Kneelogics Application », permettant la chirurgie du genou assistée par ordinateur.

En mai 2010, Orthopaedic Synergy, entreprise spécialisée dans la conception et la distribution d’appareils orthopédiques, rachète PRAXIM.

PERCEPTION RAISONNEMENT ACTION MEDECIN est en liquidation judiciaire depuis novembre 2016.

 

voxygen

Voxygen

Capital social 1 156 000 € ; CA 2015 : 494 600€ ; Année de création : 2011.

Créé à la fin de l’année 2011 en Bretagne, Voxygen, spin-off d’Orange Labs, est un éditeur de logiciel spécialisé dans la reconnaissance et la synthèse vocale. La société propose un outil permettant de vocaliser l’information textuelle dans de nombreuses langues, avec une fluidité et une intonation naturelle pour s’adapter aux différentes cibles et contextes. Sa technologie est utilisée par de grands groupes prestigieux tels que la SNCF, EDF, Orange et Météo France.

Soutenant le monde académique, de nombreux projets collaboratifs sont lancés depuis 2012 avec des universités, hôpitaux, écoles d’ingénieurs, laboratoires d’informatique permettant d’affirmer l’expertise de Voxygen et d’étendre sa visibilité nationale.

Voxygen procède à une levée de fonds en 2014 et obtient 500k€ auprès de business angels.

En juin 2016 Voxygen participe au Salon Autonomic de Paris pour présenter sa dernière innovation issue de sa filiale Voxygen Health. Elle s’adresse aux personnes atteinte d’une perte partielle et progressive de la voix et leur propose une prothèse pour sauvegarder l’intégralité de leur voix et de la synthétiser via une application.

Voxygen est en redressement judiciaire depuis novembre 2016.

 

kdistributionK Distribution

Capital social 661 980€ ; CA 2015 : Non Communiqué ; Année de création : 2007.

K distribution créée en 2007 en Bretagne par Thierry Le Bihan a une activité de grossiste dans le domaine de l’informatique, du multimédia, des objets connectés et des consommables pour l’impression. Ses produits, réservés aux professionnels, sont accessibles via son site e-commerce qui possède plus de 3000 références parmi lesquels quelques grandes marques comme Philips.

En 2014, La société K distribution ambitionne d’ajouter l’impression 3D à la palette de ses compétences et souhaite proposer de la formation aux outils d’impression 3D.

L’entreprise K Distribution, en redressement judiciaire depuis novembre 2016, a été mise en liquidation judiciaire en janvier 2017.

 

 

capticCAP TIC

Capital social 718  850 € ;  CA 2015 : 667 100€ ; Année de création : 2000.

Crée en avril 2000, CAP TIC a comme mission d’apporter un savoir-faire et une expérience aux acteurs du secteur publique afin d’implémenter la modernisation des territoires avec la mise en œuvre de services numériques innovants. Pour cela, CAP TIC propose des compétences étendues : économiques, techniques, pédagogiques et juridiques. Les solutions proposées sont variées : EPN, outil de Gestion de la Relation au Public, portail éducatif, guichet numérique du citoyen, outil de gestion de la sécurité et santé au travail, etc.

Au fil des année, les activités de CAP TIC se sont élargies également au secteur privé notamment dans le domaine de la sécurité, de l’éducation et de la santé.

Initialement bâtie sur les capitaux privés de la Caisse des Dépôts, l’entreprise a ouvert son capital en 2006 à la société Eurogroup.

CAP TIC est en liquidation judiciaire depuis novembre 2016.

 

patientsworld

Patientsworld

Capital social : 655 000€ ; CA 2014 : 403 800 € ; Année de création : 2010.

Créée en 2010, Patientsworld est une plateforme d’échange dans le domaine de la santé. Sa mission est purement informative et contribue aux échanges et à l’accompagnement des patients et leurs proches dans la prise en charge et le suivi médical. Elle permet la consultation et la publication d’articles et de témoignages pour constituer une communauté. Des annuaires de partenaires santé et des services interactif dédié aux pathologies sont également proposés à partir de cette plateforme.

Patientsworld repose sur un modèle de sponsoring sélectif en proposant aux annonceurs de publier des contenus de référence dans le domaine médicale.

L’entreprise propose également de nombreux outils d’études et de sondages permettant la collecte de donnée « patient centric » afin d’augmenter les connaissances et d’améliorer l’expérience du patient dans son quotidien.

Patientsworld compte parmi ses clients de grands groupes comme Optic 2000, Weight Watchers, mais aussi des services publics comme l’Assurance Maladie.

Patientsworld est en liquidation judiciaire depuis septembre 2016.

 

relaymarkRelaymark

Capital social 626 976,56 € ; CA 2015 : 2 829 800 € ; Année de création : 2001.

La société Relaymark est créé en 2001 et œuvre dans le secteur de l’aide aux professionnels, en particulier dans l’accompagnement des enseignes dans leur stratégie locales.

Rattaché au domaine du webmarketing, l’entreprise propose une plateforme marketing en SaaS. Cet outil permet de piloter les différentes actions au niveau du point de vente, de construire une image de marque omnicanale cohérente afin de fidéliser les clients, et d’augmenter les ventes en suivant les KPI.

La plateforme utilisée par 20 000 points de ventes compte parmi ses clients des groupes prestigieux comme Hyundai, LVMH, SFR, Groupama et Club Med.

En mai 2016, l’entreprise évoque sa volonté de lever 1 million d’euros, notamment, pour permettre le recrutement de nouveaux talents en doublant ses effectifs.

En septembre 2016, Relaymark expose au salon Paris Retail Week, spécialisé dans le e-commerce et la digitalisation du point de vente.

Relaymark est en redressement judiciaire depuis janvier 2017.

 

eyebuyEyebuy

Capital social : 578 000€ ; CA 2015 : Non Communiqué ; Année de création : 2012.

Fondée en 2012, Eyebuy propose une application Apple et Google facilitant le paiement des factures. Destinée aux contribuables, elle permet le règlement des services publics de la ville (périscolaire, cantine, crèche, centre de loisirs, ordures ménagères et eau) de manière sécurisée par smartphone.

L’utilisateur créé son compte avec ses informations de facturation puis en flashe le QR code de sa facture et valide ainsi automatiquement son paiement. L’application permet ensuite de conserver les factures, de notifier chaque réception de nouvelle facture et d’alerter en cas de retard de paiement.

En collaboration avec le laboratoire ARX Arceo, la startup Eyebuy a développé en 2013 un module permettant l’achat direct d’un produit en photographiant avec son smartphone l’article qui est automatiquement comparé au catalogue.

En 2014, Eyebuy publie un article où l’entreprise se dit prête à lever 600k€.

En redressement judiciaire en octobre 2016, l’entreprise Eyebuy est en liquidation judiciaire depuis le mois de décembre 2016.

 

inhomeIntegrated Home Technologies

Capital social : 500 000 € ; CA 2015 : Non Communiqué ; Année de création : 2013.

Crée en 2013, Integrated Home Technologies s’est spécialisée dans l’intégration des technologies de l’habitat intelligent en lançant sa propre chaine de distribution. Ses services et produits s’étendent sur de nombreux domaines : la sécurité, le confort, l’énergie et l’assistance.

En 2015, l’entreprise participe au salon de la Franchise à Paris et ouvre quelques mois plus tard, sa boutique en ligne dédiée aux objets connectés.

En 2016, Integrated Home Technologies innove en commercialisant PIx la pieuvre électrique pré-domotisée.

La société a été placée en redressement judiciaire en novembre puis a été requalifiée en liquidation judiciaire en décembre 2016.

 

whizzsearch

WhizzSearch

Capital social : 444 416 € ; CA 2015 : Non Communiqué ; Année de création : 2011.

Fondée en 2011, WhizzSearch est un portail immobilier offrant aux salariés la possibilité de trouver un logement à moins de 30 minutes de leur lieu de travail. L’entreprise propose deux offres l’une destinée aux particuliers, l’autre aux professionnels.

La société effectue sa première levée de fonds à hauteur de 500 000€ en 2014.

Un partenariat avec Randstad est signé en septembre 2009, permettant ainsi d’ouvrir le service à l’ensemble des salariés du groupe.

L’entreprise signe un partenariat avec Aspaway en 2014, lui permettant ainsi d’obtenir toutes les ressources techniques et compétences pour exploiter une solution SaaS dernière génération. La relation étroite en Aspaway et IBM a également permis à WhizzSearch de se positionner dans l’écosystème IBM.

En 2015, la société obtient le prix Coup de Cœur de la Caisse des Dépôts, devient lauréate du Réseau Entreprendre des Hauts-de-Seine et procède à une deuxième levée de fonds.

En 2016, WhizzSearch affiche pour ambition de dépasser le million d’utilisateurs.

Depuis novembre 2016, la société est en liquidation judiciaire.

 

Depuis notre précédent baromètre, quelques entreprises ont vu leur situation évoluer :

  • Authentication Industries, startup experte dans la lutte contre la falsification de documents, est en liquidation judiciaire depuis novembre 2016.
  • Oridao, startup dans le domaine IoT, est en liquidation judiciaire depuis le mois d’octobre 2016.
  • Bajoo, startup de backup et la synchronisation des données a été mise en liquidation judiciaire le 13 décembre 2016.

 

10 défaillances significatives du secteur numérique (3ème trimestre 2016)

Tous les trimestres Exaegis se penche sur les principales défaillances du secteur numérique. Au troisième trimestre 2016, il y a eu 674 défaillances (133 en redressement judiciaire, 322 en liquidation judiciaire et 219 en liquidation judiciaire simplifiée). Les données brutes sont issues de la base d’information fournie par Ellisphère.

Ce baromètre est également disponible sur ChannelBP.

Voici la sélection de ce troisième trimestre 2016, basée sur les trois types de jugement synonymes de défaillance. Les critères de sélection portent sur la notoriété, le capital social, et les derniers chiffres d’affaires et effectifs communiqués par l’entreprise.

 

technolia

Capital Social : 823 420 € ; CA 2013 : 1 088 990 €

TECHNOLIA est une entreprise de Vandoeuvre les Nancy née il y a plus de 12 ans. Elle est historiquement spécialisée dans le marquage et la protection des places de stationnement pour les personnes handicapées. En 2009, elle décide d’innover en présentant sa borne de recharge électrique communicante, Statio’Elec, permettant l’identification et la facturation du parking. Plus tard, elle complète sa gamme avec des outils numériques en mode SaaS de monitoring de zone bleue, de guidage automatique vers des places disponibles. Dernière information en ligne, cette phrase sur la page d’accueil du site : « Claude ZANDONA, manager depuis 2007, vient de se porter acquéreur des titres détenus par les « financiers ». Majoritaire, il a initié immédiatement la VERSION 2.0 de TECHNOLIA. S’appuyant sur le passé (stationnement et infrastructure de charge) il positionne TECHNOLIA version 2.0 sur le marché de la VILLE INTELLIGENTE et l’IOT (Internet of Things). Des accords importants avec de grands groupes sont en phase de finalisation… ». L’entreprise est en liquidation depuis le 05 Juillet dernier.

actus-0-769-logo_tuto4pc

Capital Social : 823 318 € ; CA 2014 : 979 800 €

CLOUD4PC est créée en en 2010, c’est la filiale technologique du groupe TUTO4PC spécialisé dans l’affichage de publicité contextuelle dans les navigateurs WEB au travers la marque Ulimit . Depuis 2015, les résultats financiers du groupe ont baissé de 20% mettant le groupe en difficulté. Principale cause : l’arrivée des adsblocker de plus en plus utilisés par les internautes pour ne pas être dérangé par les affichages publicitaires.  En effet, Ulimit installe à travers son offre de logiciels tutoriels ou d’information (météo…) son logiciel d’affichage publicitaire sur les ordinateurs en France et à l’étranger (PC BILLBOARDS qui permettent de tracer la localisation des internautes, ainsi que leurs habitudes).

La génération de chiffre d’affaires est directement issue du nombre d’affichages publicitaires effectué sur les PC BILLBOARDS. Le groupe enregistrait un revenu de 1 M€ en 2013, de 9 M€ en 2014. L’ensemble des filiales sont placées en redressement judiciaire en Juillet 2016, et concernant CLOUD4PC, la direction du groupe est à la recherche d’investisseurs pour une activité de cybersécurité.

 

maeglin

Capital Social : 509 687 € ; CA 2011 : 908 500 €

MAEGLIN SOFTWARE est créée en 2006, cette société est spécialisée dans la sauvegarde et la gestion des données transitant sur nos téléphones mobiles que ce soit pour des activités personnelles ou professionnelles. Le produit développé s’appelle Pleex(tm) dont les fonctionnalités sont : sauvegarde du répertoire et des fichiers mobiles, export et restauration des répertoires, Tchatt, échange de données de mobile à mobile (images, mp3, vidéos …), géolocalisation des équipements familiaux et alertes, contrôle parental du contenu.

Dans les années 2010, plusieurs orientations internationales supporteront le développement de la structure :  ProtectCell, aux USA, lancera une une version en marque-blanche des services Pleex services; Maroc TELECOM utilisera les services Pleex de sauvegarde ; l’opérateur téléphonique bolivien NuevaTel lancera Viva Box, son premier service à valeur ajoutée sur le Cloud en collaboration avec Safran et Maeglin Software. En 2012 – Maeglin Software, finalise un tour de financement de 640 k€ auprès de CDC Innovation, de son management, et d’investisseurs privés tels que Jean-Luc Lénart, l’ancien PDG de CCMX (aujourd’hui CEGID). Maeglin est en liquidation depuis le 4 Juillet dernier.

logoai

Capital Social : 434 206 € ; CA non communiqué (500 K€ facturé en 2015).

Authentication Industries, est une start-up montpelliéraine créée en 2012, qui commercialise des produits de lutte contre la fraude ; elle a développé un brevet l’AiSign®, qui permet de lutter contre la falsification de documents et de produits, et un autre brevet baptisé aiCode®, premier code breveté auto-authentifiant. Ce dernier est imprimable mais n’est pas reproductible, il permet ainsi au quidam de s’assurer de l’authenticité d’un document ou d’un produit comportant le code à l’aide d’un scanner ou d’un smartphone. Elle est lauréate 2012 du Concours National de l’Entreprise Innovante ; en 2013,  elle est sélectionnée comme l’une des 50 meilleurs start-up au monde par le DELL Funders Club 50, en 2015 est classée 5 étoiles selon la méthode de notation Earlymetrics, elle rentre dans le top 8 sur 1 000 start-up auditées.

En Novembre 2015, Authentication Industries signe avec le leader ivoirien des solutions d’identification et de sécurisation des documents (le SNEDAI) une collaboration pour les vignettes automobiles.

En recherche de financement,  elle réalise au second trimestre 2016 une levée de fonds de 296 000 € auprès de 51 investisseurs de l’opérateur de crowdfunding SmartAngels, alors qu’elle ambitionnait 500 k€.  Authentication Industries est en redressement depuis le 26/09 dernier.

oridao

Capital Social : 883 600 € ; CA 2014 : 533 000 €

Oridao est une start-up montpelliéraine, créée en 2008, qui a développé deux technologies innovantes sur le marché des IoT : la technologie Radiobus – échange rapide de données entre des équipements connectés (voitures, feux tricolores …) par RFID – et la technologie AirLink, qui permet de supporter un protocole de type blockchain en mode déconnecté avec des applications, comme la possibilité de faire des transactions financières entre une automobile et une place de parking. Ces développements ont été menés en collaboration avec AIRBUS DEFENCE notamment.

En 2009,  ORIDAO est lauréate du concours de création d’entreprises innovantes du Ministère de la Recherche et lève alors 500 000 € auprès d’acteurs de la Région Languedoc-Roussillon, auprès de trois réseaux de business angels – dont Vintium International, présidé par José Massol. Cette enveloppe sera complétée par une aide d’Oséo et une subvention du ministère de la Recherche, ce qui monte l’investissement initial à 1,2 M€.

En Juillet 2015, ORIDAO lève 1,3 M€ auprès de STARQUEST CAPITAL, SORIDEC alors qu’elle souhaitait atteindre un montant levé de 2,5 M€. En Juin 2016, Oridao retenue par Airbus, Air France. En Juin 2016, ORIDAO est primée avec deux autres start-ups de la première édition du BMW Tech-Date.

ORIDAO est en redressement judiciaire depuis le 19/09 dernier.

gmx_013431

Capital Social : 411 612 € ; CA 2015 : 1 300 900 €, CA 2014 : 1 900 200 €

Keyword est un acteur montpelliérain depuis plus de 31 ans. Initialement spécialisé dans l’analyse de code et de la documentation utilisateur & technique, la société étoffe ensuite son offre sur des problématiques de tenue à jour des Plans de Continuité des grands groupes. Aujourd’hui, il est l’éditeur de la suite de solutions ISIMAN® Gouvernance et Performance, adressant les problématiques de lutte anti-fraudes, Contrôle Interne, Qualité, Audit, Gouvernance Comptable conformément aux réglementations en vigueur : Bâle III, CRBF 97-02, Solvency II, ISO 9001:2015, LSF, IFRS, ISO 14001, ISO 27001, GRC (Gouvernance, Risques, Conformité).

L’ensemble des produits sont développés sur la technologie IBM et en 2013, IBM décerne à Keyword le RISK ANALYTICS AWARD. En 2016, Keyword reçoit le Gold Partner Oracle. Les solutions sont récemment portées en version Cloud au travers des offres ISIMAN® Cloud, avec la possibilité d’utiliser au choix une plateforme SaaS ou PaaS.

Les références sont dans le monde de la finance et assurance : Groupama SA,  HSBC France, HSBC Private Bank, La Banque Postale, Le Crédit Lyonnais, MAMDA – MCMA (Morocco), Natixis, Société Générale, Swiss Life ; Dans l’industrie : AREVA (Framatome ANP, Technicatome) Cegelec (Fr et UK),
LVMH Vins et Spiritueux,  Moët & Chandon, SEB.

La société est placée en redressement le 23/06 et liquidée le 26/09.

 

Guide exaegis : Comment choisir son prestataire ?

 

logo_affinity_engine

Capital Social : 407 250 € ; CA 2015 : 12 700 €

Affinity Engine est créée en 2012 à proximité de Vannes, cette start-up bretonne a comme service la mise en place d’un plugin dans les sites internet e-commerce de manière à mettre en avant les produits correspondant le plus aux affinités de chaque internaute. BigData et sémantique sont les deux composantes majeures de cette start-up qui étendra son offre en 2015 avec les recommandations par e-mail, la relance de paniers abandonnés ou la réactivation client.

Début 2015,  un premier tour de table de 550 k€ a été effectué via la maison-mère monégasque Affinity qui développe un réseau social affinitaire.  Un second tour est réalisé d’un montant de 500 000 € en juin 2016 auprès d’investisseurs privés. Les références sont Le Petit Vapoteur, Shogunmoto ou encore Le Slip Français.

La société est en liquidation depuis le 31/08/2016.

podbox-twitter-header

Capital Social 314 439 €; CA : 1 100 € en 2012.

La start-up bretonne Podbox est née en 2010, elle met à disposition un service SaaS permettant de  synchroniser des données entre une cinquantaine d’applications partenaires (Salesforce, Zendesk, Digitaleo, MailChimp…). Cette création est un spin-off de la société UBIFLOW (société de développement de l’audience client) soutenue par Oséo et la Région Bretagne depuis 2010. Prod Programming, éditeur de la solution a bénéficié d’une subvention de 50 k€ pour réaliser l’étude de faisabilité, d’une avance remboursable pour développer sa solution et d’une aide au lancement de projets innovants (ALPI) du Conseil régional (cf. article du portail de l’innovation en BRETAGNE).

Peu d’informations financières sont publiques puisque seul le bilan 2012 est accessible. En avril 2014, elle obtient le In Extenso Deloitte lors de la 12ème édition de Concours STARWEST.

En septembre 2014 Podbox fait une levée de 1,2 million d’euros auprès du fonds d’amorçage de Go Capital (fonds d’investissement pour les sociétés basées en Bretagne, Pays de La Loire et Normandie), Bpifrance et LTF Invest, avec comme objectif le développement international en commençant par l’installation de bureaux à SAN FRANCISCO. GDF Suez fait partie des références citées de PodBox. La société est en liquidation judiciaire depuis le 27/07.
 logo-oss-alphaCapital Social 200 000 €

Jaeksoft, est un jeune éditeur SaaS né en 2010 en région parisienne, sa solution Open Search Server est un logiciel open source permettant de créer des applications de type moteur de recherche, ou des applications de reconnaissance des caractères écrits sur les documents PDF (avec la possibilité d’indexer du contenu issu de ces formats spécifiques de fichiers). Logiciel développé initialement en 2007 pour répondre aux besoins internes du groupe InfoPro Communications (USINE NOUVELLE), il a été industrialisé pour faciliter son intégration. La société dispose de bureau à SAN FRANSICO.

La jeune entreprise était inscrite au palmarès du magazine Challenges des « start-ups dans lesquelles investir » en 2012. Jaeksoft déclarait avoir réalisé un chiffres d’affaires de 42 000 € en 2011 – dont la moitié aux USA – et comptait atteindre les 400 000 euros en 2012. Depuis, aucune information financière n’est disponible sur les réseaux d’information d’entreprise.

En décembre 2014, Paris Région Lab en coopération avec AXA annonce la nouvelle promotion de son incubateur “Smart Data for Customer Intelligence » parmi laquelle on retrouve Open Search Server.

La société est en redressement judiciaire depuis le 22/06.

preceptel

Capital Social : 746 000 €; CA : 300 000 € en 2005 (pas d’autre publication).

PECEPTEL est une entreprise créée en 2003, éditrice d’application mobile pour les plateformes de gestion de Taxi, plus connu sous le nom de NG TAXI. Réservation internet, dispatching des courses, géolocalisation sont les principales composantes du service. Le service est un package comprenant des moyens matériels (téléphones mobiles « lockés » pour l’usage de l’outil NG TAXI) et de moyens de communication (forfait téléphonique).

En Juillet 2007, la société Preceptel, détentrice des marques NG Taxi, Padéo entre en procédure de redressement judiciaire. En Janvier 2009, la société sort de la procédure de redressement.

Preceptel / NG Taxi retombe en liquidation le 06 Juillet 2016, elle est racheté par APPSOLU TAXI un concurrent direct de NG TAXI.

bajoo-est-disponible-sous-windows-android-et-ios_46623_w460
Capital social: 126 K€ ; pas de publications de données financières

BAJOO est une start-up lyonnaise créée en 2010, pour le backup et la synchronisation des données : le DROPBOX à la française. Cette offre est notable sur le domaine B2C puisque cette solution rivalise avec les solutions  HubiC d’OVH, Rkube d’Ooverdrive. Le modèle économique est un modèle Freemium avec une sauvegarde gratuite jusqu’à 25Go de fichiers.

En 2013, BAJOO annonce avoir 70 000 utilisateurs de sa plateforme, « 80 % des clients sont en mode gratuit et 20 % en mode payant dont 8 % d’entreprises« . Une levée de fonds est alors envisagée et des partenariats avec des revendeurs TELECOM sont en marche (cf. article rhonealpespionnieres.org).

LINEA (éditrice de la plateforme BAJOO) est en redressement depuis le 06/09.

 


Dans notre précédent baromètre, BAOBAZ (agence de communication du groupe Révolution 9) placée en redressement judiciaire en Juin est finalement en liquidation depuis le 14/09.

Enfin, le secteur des grossistes informatiques n’est pas en reste avec plusieurs défaillances dans ce secteur de la revente de matériel informatique : 2HARD, TDI, GENERAL COMPUTER France.

 

10 défaillances significatives du secteur numérique (2ème trimestre 2016)

Après les défaillances IT du premier trimestre, exaegis se penche cette fois sur celles du deuxième trimestre, toujours en se basant sur les trois types de jugement synonymes de risque fort de défaillance (redressement judiciaire, liquidation judiciaire et liquidation judiciaire simplifiée). Les statistiques utilisées se basent une fois de plus sur les codes APE

 

 

novacom-associés

Capital social : 780 000 ; Effectif : 24 salariés

Novacom Associés est une agence de conseils et de conception de dispositifs de communication et de marketing relationnels. Créée en 2003, elle proposait le concept de « Digital in Situ », c’est-à-dire la mise en place de systèmes digitaux créant une interactivité entre le lieu, le client et les produits proposés. Malgré de très bonnes références ( Renault, Canalsat et Canal +, Orange, Jaguar, la Maaf etc…) et des prix importants ( Grand Prix de la Publicité en 2007 et le Prix de la meilleure stratégie internet en 2009, labellisée entreprise innovante par Oséo Anvar ), l’agence a été placée en liquidation judiciaire le 31 avril 2016

 

Nware_Logo

Capital social : 691 900 ; Effectif : 50 salariés

Nware est une entreprise spécialisée dans l’accompagnement dans la transformation des infrastructures SI et dans la cybersécurité depuis 2008, elle est labellisée Jeune Entreprise Innovante en 2011. Peu d’informations financières sont disponibles, Nware  ne publiant pas ses bilans, elle semble avoir a réalisé un chiffre d’affaires de 6,7 millions d’euros en 2013 avec 102 salariés  et était alors en phase de recrutement d’une trentaine de salariés d’ici trois ans. Après le rachat de l’ingénierie Orbytes en 2014, la SSII était en phase de déploiement dans tout le pays, et avait comme ambition d’évoluer vers le métier de fournisseur de services Cloud, et annonçait le triplement de son CA. Nware comptait parmi ses clients la Société Générale, Mondiale Assistance, Essilor, Rhodia. Initialement en placée en redressement judiciaire au début du mois d’avril 2016, elle a finalement été rachetée le 14 juin dans le cadre d’un plan de cession par NEXTIRAONE. 

 

teletech internationa_logo

Capital social : 525 000 € ; Effectif : 20 salariés

Teletech International est un centre d’appel crée en 1993 proposant des solutions CRM personnalisées pour les entreprises via sa propre plateforme, Nest CRM. Elle a été récompensée par le prix Arseg de l’environnement de Travail 2012, le Trophée Mieux Vivre en Entreprise 2013 et l’Espoir du Management 2014. Elle comptait parmi ses références Total, la mutuelle Unéo, Cétélem, Epson, Versatel …etc. Teletech a bénéficié d’importants soutiens financiers publics notamment  6,5 millions d’euros pour la réhabilitation de l’ancien site AMORA de Dijon contre une promesse d’emploi de 400 personnes. A la base en redressement judiciaire en février, l’entreprise est rachetée par FINARE, la holding du courtier ECA Assurance .

golaem

Capital social : 137 280 € ; Effectif : 14 salariés

Golaem est une startup fondée en 2009 dont l’activité se base autour de la création de foules virtuelles, par le biais du logiciel Golaem Crowd, utilisé notamment par les productions cinématographiques et publicitaires ( Astérix au service de sa majesté, une publicité Orange).  Ce logiciel qualifié comme un « outil prêt à l’emploi » lui a permis de de se faire connaître à l’international dans le film Warm Bodies et dans un épisode de la série à succès Game of Thrones. Elle a réussi à lever 525 K€ en 2012, puis 600 k€ en 2014. Malgré tout, l’entreprise est en redressement judiciaire depuis le mois de juin.

 

logo_navidis

Capital social : 122 410 ; Effectif : 12 salariés

Navidis  est une entreprise qui a développé une plateforme numérique de services de proximité basée sur le SoLoMo (Social/Local/Mobile) et qui permet par exemple, d’augmenter ses revenus, de faire des économies …etc. En 2010, elle a obtenu le Prix spécial du jury au Festival Fimbacte et le prix de la catégorie “Business & Services Innovations” au FTTH Innovation Awards. Elle a également reçu le label « Reconnu d’intérêt Pédagogique » du Ministère de l’Education Nationale, ainsi que deux lauréats d’appel à projets en 2012. L’entreprise avait des clients comme le Microsoft, Schneider, Cofiroute et des institutions et des collectivités ( RMN, Conseil Régional d’Ile-de-France, Ministère de la Culture et de la Communication …etc.). L’entreprise est en redressement judiciaire depuis fin juin.

 

ezakus_logo

Capital social : 96 080 € ; Effectif : 20 salariés

Ezakus est  une entreprise fondée en 2011 qui se présente comme une plateforme mettant en contact les marques ainsi que les internautes en fonction de leurs affinités réelles, qu’ils aient l’intention d’acheter ou qu’ils soient déjà clients. Elle permet également d’optimiser les actions marketing depuis l’acquisition jusqu’à la fidélisation client. Par l’intermédiaire d’IDinvest, elle est parvenue à finaliser une levée de 2,2 millions d’euros en 2011 et de 2.5 millions d’euros en 2013. D’abord placée en redressement judiciaire puis en plan de cession en juin, elle est rachetée par NP6, spécialisé dans l’emailing et la relation clients.

baobaz

Capital social : 96 000 € ; Effectif : 47 salariés

Baobaz est une agence web fondée en 2000 spécialisée en E-commerce et en accompagnement de projets de communication et d’e-marketing, travaillant principalement avec des marques ( Burton, Aubade, Etam, La Halle, Zadig & Voltaire …etc. ). En 2012, les résultats financiers disponibles montrent une progression du CA (atteignant 5,3 M€) mais également une dégradation forte de son résultat d’exploitation passant de 81 k€ à -300 k€.  En 2015, elle rejoint le groupe Revolution 9. Elle est en redressement judiciaire depuis la fin du mois de juin.

 

2ymedia

Capital social : 88 904 € ; Effectif : 20 salariés

2 Y Media, plus connue sous le nom d’AdServerPub, est une startup spécialisée dans la diffusion de compagnes publicitaires en ligne  et de ciblage d’internautes créée en 2009. Elle compte parmi ses clients La Redoute, Meetic, TV5Monde, Pixmania ou encore Zalando et a effectué une levée de fonds de 2 millions d’euros en 2013 pour se développer à l’international ( Allemagne, Espagne ). Cependant, elle est en redressement judiciaire depuis le mois de juin.

idyalconsulting

Capital social : 50 000 € ; Effectif : 20 salariés

Idyal Consulting est une agence créée en 2006 qui propose des solutions destinées notamment à l’amélioration et à l’accompagnement des SI. De 2008 à 2012, elle a bénéficié du Crédit d’Impôt Recherche (CIR) et a pu installer un local à Dakar en 2013. Malgré de bonnes références ( BNP Paribas, la Société Générale, SFR, Cofrac et Axa IM ), l’agence est en redressement judiciaire depuis la fin du mois de juin.

 

savemysmartphone

Capital social : 44 064 € ; Effectif : 20 salariés 

Save My Smartphone est une startup créée en 2013 qui propose de la réparation de smartphones et de tablettes et dont l’objectif à long terme est d’apporter un service de réparation dans la journée pour n’importe quel objet connecté dans le monde. Elle a obtenu le Pass French Tech dans le cadre du programme Fast Track de Cap Digital et a effectué une levée de fonds de 15 millions d’euros en 2015. Les objectifs affichés sont alors très ambitieux ( développement en province sous forme de franchise, création de corners de réparation dans des boutiques d’opérateurs de téléphonie mobile), l’entreprise est en redressement judiciaire depuis début juillet. Le CEO livre son analyse sur le site MEDIUM.

 

Le secteur du numérique se développe constamment et les entreprises/startups sont très nombreuses dans ce secteur devenu très concurrentiel. Dans ce contexte, les défaillances sont inéluctables, d’autant plus que les modèles économiques sont peu éprouvés. Il est important d’anticiper ces défaillances que vous soyez clients, financeurs ou investisseurs des entreprises du numérique. Le recours à un tiers de confiance apparaît comme une garantie de sécurité dans la phase de sélection de vos partenaires, dans  la surveillance continue de la santé financière (cf . évaluer la santé financière de votre futur prestataire SaaS) et opérationnelle, voire in-fine dans la souscription d’une garantie de continuité de service auprès du tiers de confiance.                      

 

10 défaillances significatives du secteur numérique

Pour le premier trimestre 2016, Exaegis a relevé les entreprises dans le secteur du numérique qui correspondent aux trois types de jugement synonymes de risque fort de défaillance : redressement judiciaire, liquidation judiciaire et liquidation judiciaire simplifiée. Les statistiques utilisées se basent sur les codes APE, leur classification est donc approximative.

FLOP10

e merchant

Chiffre d’affaires 2014 : 19 032 K€ ; Effectif : environ 100 à 200 salariés

Filiale de PIXMANIA proposant des plateformes e-commerce, des services opérationnels (acquisition de trafic, webmastering, service client …) et du consulting. En octobre 2015, elle est placée en redressement judiciaire pour cessation de paiement avec une période d’observation de 6 mois pour éventuellement trouver des repreneurs ou des partenaires. Elle a finalement été rachetée en février 2016 par Vente-Du-Diable, également professionnel de l’e-commerce.

Chiffre d’affaires 2014 : 5 219 K€ ; Effectif : environ 20 à 50 salariés

Elle propose de nombreuses prestations variées : audit, conseils, assistance technique, management de projet, déploiement et planning de réseau, design… etc. En 2012, elle crée Strathom International et possède à présent des structures opérationnelles en France, en Grande-Bretagne, en Suisse, au Maroc et en Inde. En redressement judiciaire depuis le mois de février 2016.

starlogChiffre d’affaires 2012 : 2 949 K€ ; Effectif : environ 20 salariés

Entreprise proposant des prestations d’audit, de conseil, de développement, des prestations au forfait et de la commercialisation et la vente de matériels ainsi que de logiciels informatiques. En 2012, elle bénéficie d’une procédure de sauvegarde et d’un plan de sauvegarde l’année suivante. Malgré cela, elle a subi une liquidation judiciaire au mois d’avril 2016.

chrisarChiffre d’affaires 2014 : 710K€ ; Effectif : environ 20 salariés

Entreprise de développement de logiciels créée en 2003. Elle est à la base spécialisée dans les domaines de l’acoustique, du traitement du signal et de données. En 2007, elle élargit son spectre de compétences dans les domaines de l’informatique, de l’électronique et de la mécanique à la suite de son succès naissant (Jeune Entreprise Innovante en 2005) : elle conçoit et développe des logiciels et des systèmes électroniques pour la simulation acoustique sous-marine et aérienne. En dépit de sa participation à de nombreux projets collaboratifs labellisés par le Pôle Mer Méditerranée et son champ de compétences très large, l’entreprise est en redressement judiciaire depuis février 2016.

ssl europaChiffre d’affaires 2012 : 250K€ ; Effectif : environ 50 salariés

Elle propose des solutions serveurs, la signature électronique de documents, la traçabilité des échanges dématérialisés et des solutions de convergence dont l’authentification dans le but d’optimiser la sécurité numérique de ses clients. En 2014, elle ouvre deux filiales à l’étranger : une à Sydney en Australie et une à Nankin en Chine. En redressement judiciaire depuis avril 2016.

Crash Test exaegis

urbansChiffre d’affaires 2013 : 1 580 K€ ; Effectif : environ 25 salariés

Entreprise spécialisées dans les applications mobiles professionnelles sous système d’exploitation Android. Au printemps 2015, elle parvient a levé 700 000 euros, dont 150 00 euros auprès de Bretagne Sud Angels. L’entreprise avait déjà réussi en 2014 à lever 1 M€ pour financer des activités de R&D Elle obtient la même année le trophée « Performance commerciale par l’innovation numérique » par les Dirigeants Commerciaux de France. En cours de liquidation judiciaire depuis février.

dsfiChiffre d’affaires 2014 : 426 500 € ; Effectif : environ 5 salariés

Groupe de marketing et de communication digitale créé en 2003, répartie en trois divisions : corporate, numérique et events. Elle propose des services très variés en création de site web, de supports de communication, de l’organisation événementiel …etc. En liquidation judiciaire simplifiée depuis le début du mois d’avril et est actuellement en plan de cession.

beetree

Chiffre d’affaires : Non communiqué ; Effectif : 2 salariés

Service de e-santé qui propose une plate-forme de télésurveillance médicale pour les personnes atteintes de maladies chroniques et âgées de plus de 60 ans. En liquidation judiciaire depuis le mois de mars

netengo

Chiffre d’affaires : Non communiqué ; Effectif : 2 salariés

SSII spécialisée dans la création de solutions pour l’E-tourisme et l’e-commerce, avait lancé le concept du NTG Booking, un moteur de réservation utilisant la technologie NFC, qui a la particularité d’être multi-hébergements et multi-établissements. En liquidation judiciaire simplifiée depuis février.

vitaclicChiffre d’affaires 2014 : 1 335 455 € ; Effectif : environ 50 salariés

Application créée par Carturis, qui constitue un dossier santé sur le web où on peut y déposer et gérer toutes ses données médicales. En liquidation judiciaire depuis le mois de mai.

Des précautions utiles

Exaegis peut intervenir comme un tiers de confiance pour la continuité d’activité de ces entreprises dites « à risques » et permet une garantie de sécurité pour les éventuels financeurs si l’entreprise venait à à avoir des difficultés. Dans le contexte du SaaS, le recours à un tiers de confiance devient incontournable pour créer un plan d’urgence qui permet de :

  • Fournir un accès indépendant aux données, même si le fournisseur cesse son activité,
  • Bénéficier des données et permettre l’utilisation des applications,
  • Assurer la continuité d’exploitation opérationnelle de l’application,
  • Utiliser les applications SaaS pour une période prolongée pour évaluer les options de remplacement,
  •  S’assurer une fois le nouveau choix retenu que les données disparaissent des anciens serveurs.

Réaliser toutes ces opérations nécessite de pouvoir s’accorder en totale confidentialité et en totale indépendance avec toutes les parties prenantes, sans jamais que le risque pour le prestataire de se voir piller sa technologie soit soulevé.