Analyse d’une défaillance : Login People

Il est des défaillances d’entreprise qui sont parfois retentissantes et qui méritent qu’on s’y intéresse. Login People fait maintenant partie de « ces entreprises qui sont tombées » alors qu’on avait placé en elle de grands espoirs. Comment expliquer un gâchis de 11 millions d’euros, alors que la start-up était très prometteuse ?

ob_8f03e6_loginpeople-logo

Login People a été placée en redressement judiciaire le 25 mars 2016 par le tribunal de commerce de Grasse pour cessation de paiement. Une période d’observation de six mois lui a été accordée pour trouver un plan de redressement. Celui-ci n’ayant pas abouti, l’entreprise a finalement été placée en liquidation judiciaire le 18 mai 2016. Sur le plan comptable, la situation est simple au regard des informations financières : la société aurait vécu exclusivement sous assistance respiratoire pendant 12 ans, pendant lesquels le capital investi avait atteint 11M€ pour un cash-burning de 2M € annuels. La difficulté principale restait dans la valorisation de ses produits et de son chiffre d’affaires qui n’a pas décollé (87 000 euros en 2013 et 226 000 euros en 2014 pour un effectif de 17 personnes), même si elle a réussi à l’augmenter en 2015 (435 000 euros). La défaillance proviendrait sans doute du non aboutissement de la levée de fonds de 2015. Mais pourquoi n’a-t-elle pas eu le succès espéré ?

Guide exaegis : Comment choisir son prestataire ?

Les 5 dates clés

– 2004 : création de Login People, d’abord sous le nom de MobileGov.

– 2012 : levée de fonds lui permettant d’augmenter son capital de 2,5 millions d’euros par le biais de son actionnaire de référence, Sennac, qui a mis en vente des actions à un prix de à 3,81 euros.

– 2013 : s’introduit sur le marché libre de NYSE Euronext de Paris avec une valorisation de 4,2 millions d’euros. Le montant total levé dans le cadre de l’offre globale représente 2,5 millions d’euros. La capitalisation boursière de la société au jour de l’introduction s’élève à environ 11 millions d’euros.

– 2014 : Microsoft les sélectionne pour les distribuer sur sa plate-forme Azure Marketplace au niveau mondial.

– 2015 : lancement d’une augmentation de capital par émission d’actions de près de 2 millions d’euros pour accélérer son déploiement commercial. En mars, elle parvient à lever 1,5 million d’euros (seulement 75 % du montant initial prévu).

 

Les questions que l’on se pose sur le compte de Login People :

 

Rassemblons les questions qui ont fait débat et qui font sens dans la recherche de facteurs de risques de défaillance.

Pourquoi Microsoft a-t-elle référencé Login People sur sa plate-forme Azure ?

Login People a été référencée sur Microsoft Azur en 2014 et cet événement aurait dû accélérer l’activité de Login People. Cet effet booster n’a pourtant pas eu lieu. Ce constat n’est pas sans rappeler aux dirigeants qui fonctionnent en mode indirect que le référencement chez un grand distributeur est souvent difficile à décrocher. Afficher ce partenariat et faire un communiqué de presse n’est malheureusement pas suffisant pour vendre la solution. Un véritable plan marketing et de pénétration doit être mis en place entre les deux parties, accompagnée d’une véritable stratégie de formation des commerciaux du revendeur sur le produit.

Peut-on l’utiliser avec Dynamics de Microsoft ? Ou sur des ERP comme SAP, Oracle, etc.

La question sous-jacente est l’intégration de la solution avec l’environnement des grands éditeurs. Ce point rejoint le précédent : le fait d’être référencé chez Microsoft Azure ne s’est pas traduit par la mise en place technique de passerelles avec les outils de Microsoft, voire d’autres passerelles vers les outils informatiques déployés par les éditeurs « de masse ».

Quand un produit est révolutionnaire mais qu’il est porté par une entreprise en difficulté, pourquoi n’y-a-t-il pas eu de repreneurs ? »

L’ADN du Numérique a été créée il y a 12 ans. Ce délai est plutôt long pour une startup à la recherche de son marché. Une startup trouve en général sa traction au bout de 3 ans. Ce point a dû diminuer l’appétence des acheteurs. L’entreprise, quel que soit le caractère innovant de sa solution, n’a pas trouvé son marché. Qui plus est, sa cotation sur le marché Euronext complexifie le rachat.

L’Internet des objets (IoT) : un relais de croissance pour Login People ?

L’ADN du Numérique semble particulièrement adaptée à l’Internet des objets et aux objets connectés, ne serait-ce que par son concept (une signature unique pour chaque équipement numérique pour sécuriser les accès aux réseaux… etc.). Serait-il arrivé trop tôt ?

SSL-EUROPA œuvrant également dans le domaine de l’authentification est actuellement en redressement financier : est-ce le signe d’un effet conjoncturel ?

L’authentification et la sécurité bien que faisant l’objet d’une couverture médiatique importante restent une forteresse insensible à l’innovation et aux nouvelles méthodes d’authentification qui sortent du traditionnel « Login / mot de passe ». N’y aurait-il pas là un frein culturel ?

Que restera-t-il de Login People ?

Il en restera notamment trois brevets US et EU, des certifications ANSSI, des partenariats de qualité et des connexions avec l’UGAP. Les facteurs de risque qu’on peut retenir au travers de cette expérience sont le time-to-market (ou comment arriver au bon moment sur le bon marché), le référencement auprès d’une grande enseigne qui n’est que la première étape d’un partenariat clé gagnant-gagnant, et enfin les critères d’acceptation culturels des utilisateurs finaux.

 

Sources :

 

Business Continuity : Préparer une défaillance d’un prestataire « as a service » non anticipée

BCDfaillancePrestataire(1)

Business Case

Secteur d’activité : Back Up as a service

Taille : 10 000 clients, un en cours de 15 M€ à sécuriser

Contexte : une entreprise de « Back up as a service » B2B ayant plus de 10 000 clients entre en procédure de sauvegarde. Cette procédure de sauvegarde conduit à un dépôt de bilan 3 mois plus tard et une liquidation judiciaire. Dans ce scénario, le loueur considère son encours en péril en raison d’un risque d’indivisibilité avéré ou d’une perte importante selon la négociation avec le repreneur.

Notre intervention : préparer une solution alternative de production en cas de liquidation judiciaire durant la procédure de sauvegarde

L’intervention d’exaegis à permis d’inventorier les composants de la solution, comprendre la chaine de production des services et maintenir la propriété intellectuelle. Les prestataires en mesure de reprendre le service ont été identifiés, et la mesure en amont du cout d’exploitation et de maintien de la solution ont permis la reprise au montant de la gestion pour compte définit par le loueur.

Résultats : reprise des encours par un repreneur au montant de la Gestion pour compte contractuelle – maintien total du service

Il n’y a pas eu de rupture de services et le paiement des loyers a été maintenu par les clients. Une fraction minime des clients ont contesté le transfert du service vers le nouveau prestataire, en dépit du maintien du service. Le maintien du service a permis un recouvrement musclé et efficace.

Facteurs clé de Succès :

  1. Expertise métier et marché du Numérique : compréhension du métier du prestataire et de sa chaine de production
  2. Expertise Reverse Ingénierie : construction d’une infrastructure de production
  3. Expertise juridique : maintien de la propriété intellectuelle
  4. Expertise marché du Numérique : contractualisation avec un Prestataire de secours
  5. Intimité et partenariat fort avec le loueur durant la phase de négociation avec le repreneur