Défaillances des entreprises du secteur du numérique : analyse du 4ème trimestre 2019 et bilan de l’année

Share

En ce début d’année 2020, alors que les résultats du 1er trimestre ne sont pas encore connus, l’heure est à l’analyse des défaillances des entreprises du dernier trimestre 2019, au bilan général de l’année écoulée et aux estimations des tendances pour 2020.
Selon Altares, premier réseau international d’informations BtoB, 52 000 entreprises françaises ont été enregistrées en situation de défaillance en 2019, tous secteurs confondus, soit une baisse de 4,8 % par rapport à 2018. Autre fait marquant en 2019, sur l’ensemble des procédures collectives recensées, les trois quarts ont concerné des TPE ou des PME.
Si ces données semblent s’appliquer dans chaque secteur d’activité, qu’en est-il spécifiquement de celui du numérique ? Depuis 3 ans, exægis se penche sur les défaillances des entreprises du secteur du numérique, trimestre après trimestre, et analyse leurs évolutions.

Entre le 1er octobre et le 31 décembre 2019, 387 entreprises du secteur du numérique ont été enregistrées en situation de défaillance (liquidation judiciaire, liquidation judiciaire simplifiée ou redressement judiciaire).

Quels sont les 4 constats d’exægis ?

1. Une augmentation successive du nombre de défaillances sur l’ensemble de l’année 2019

Exception faite du 2ème trimestre 2019, où le nombre de défaillances avait très légèrement reculé par rapport au 1er trimestre de l’année (- 2 %), on constate une légère, mais successive, augmentation du nombre de défaillances, trimestre après trimestre.
Selon Altares, la baisse des défaillances s’est accélérée sur le seul quatrième trimestre 2019, tous secteurs confondus. Le secteur du numérique fait donc figure d’exception, avec sa légère hausse de 3,5 % entre le 3ème et le 4ème trimestre 2019.

2. Des startups toujours très touchées par les défaillances

Chaque trimestre, ce sont les jeunes entreprises (dont la date de création est comprise entre 2011 et 2018) qui sont majoritairement touchées par une procédure judiciaire. 
Sur les 387 jugements enregistrés au 4ème trimestre 2019, 250 concernaient des startups
, soit un taux de 65 %.

Au premier trimestre de l’année, elles représentaient 66 % et 64 % au deuxième trimestre 2019. Au troisième trimestre, elles représentaient 70 %.
A noter également que tous secteurs confondus, une PME a fait défaut chaque jour de l’année 2019.

3. Des tendances similaires entre 2018 et 2019

Si l’on compare avec 2018, on constate des tendances similaires à celles de 2019. Trimestre après trimestre, les défaillances n’avaient eu de cesse d’augmenter tout au long de l’année, exception faite d’un trimestre (le troisième), où elles avaient clairement diminué, pour remonter de plus belle le trimestre suivant.

Concernant les startups, on constate que la tendance qui s’était lancée en 2018 s’est bien poursuivie en 2019, avec de jeunes entreprises toujours très touchées par les défaillances (entre 55 % et 70 % chaque trimestre depuis 2 ans).

4. Une probable stabilisation des défaillances sur l’année 2020

Tous secteurs confondus, Altares prévoit une stabilisation, voire une très légère augmentation du nombre de défaillances sur l’année 2020. Selon l’économiste Jean-Yvers Archer, qui a réalisé une analyse étiologique et causale sur les défaillances des entreprises de tous les secteurs en 2019, une hausse devrait très certainement être constatée. Les indicateurs avancés par exægis, présagent une année 2020 qui devrait être en augmentation, quant au nombre de défaillances à enregistrer dans le secteur du numérique.

Les données brutes sont issues de la base d’informations fournies par notre partenaire Ellisphère.
Ce baromètre est également disponible sur ChannelBP.

Défaillances des entreprises du secteur du numérique : analyse du 3ème trimestre 2019

Share

Selon Altares, société experte de l’information sur les entreprises, le nombre de défaillances, tous secteurs confondus, est en baisse sur le 3ème trimestre 2019 mais qu’en est-il du secteur du numérique ? Ci-dessous, un focus rapide sur ce secteur.

Chaque trimestre depuis 2017, exægis se penche sur les défaillances des entreprises du secteur du numérique et analyse leurs évolutions.
Entre le 1er juillet et le 30 septembre 2019, 374 entreprises de ce secteur étaient enregistrées en situation de défaillance (liquidation judiciaire, liquidation judiciaire simplifiée ou redressement judiciaire).

Soit un taux de liquidation de 81,5 %.

Quels sont les 4 constats d’exægis ?

1. Une augmentation du nombre de défaillance

Contrairement à la tendance générale, pour la première fois de l’année, le nombre de défaillance est en évolution par rapport aux précédents trimestres.
Attendons d’analyser les résultats du dernier trimestre de l’année pour constater s’il s’agit d’une exception ou non…

2. Une tendance opposée à celle du 3ème trimestre 2018

Avec « seulement » 230 jugements enregistrés du 1er juillet au 30 septembre 2018, ce 3ème trimestre représentait le plus faible taux de défaillances de l’année mais également la seule et unique baisse.
Tout au long de l’année, le nombre de défaillance n’avait cessé d’augmenter, exception faite du 3ème trimestre, où il avait baissé de façon très significative, pour finalement remonter de plus belle lors du dernier trimestre de l’année.

En 2019, nous dressons le constat opposé. A ce jour, où les résultats du 4ème trimestre 2019 ne sont pas encore connus, il s’agit du taux le plus important de l’année, avec une augmentation de +11% par rapport au 2ème trimestre 2019 et de +9% par rapport au 1er trimestre 2019.

3. Un taux de liquidation relativement stable

Chaque trimestre, le taux de liquidation (par rapport à l’ensemble des jugements enregistrés) avoisine toujours les 80 %. Ce taux reste relativement stable d’année en année, trimestre après trimestre.

A noter qu’au 3ème trimestre 2019, 11 entreprises déclarées en redressement judiciaire, ont fini par être liquidées au sein du même trimestre.

4. Les startups, toujours très touchées par les défaillances

Chaque trimestre, ce sont les jeunes entreprises (dont la date de création est comprise entre 2011 et 2018) qui sont majoritairement touchées par une procédure judiciaire. 
Sur les 374 jugements enregistrés au 3ème trimestre 2019, 263 concernaient des startups, soit un taux de 70 %.
Au deuxième trimestre de l’année, elles représentaient 64 % sur l’ensemble des entreprises du secteurs du numérique à être en situation de défaillance. Au premier trimestre, elles représentaient 66 %.
L’analyse des résultats du 4ème trimestre de l’année permettra d’établir un bilan global sur 2019. L’occasion également de constater si le secteur du numérique suit, ou non, la tendance générale, et   d’identifier celles à venir pour 2020.

Ce baromètre est également disponible sur ChannelBP.

exægis lance « CONFIANCE 360 » : une offre inédite pour accélérer la collaboration entre startups du numérique et Grands Comptes

Share

exægis lance CONFIANCE 360 : une offre de services innovante, dont l’objectif est de libérer les freins à la contractualisation entre startups du numérique et Grands Groupes.

CONFIANCE 360 repose sur une suite de garanties opérationnelles (pérennité, propriété intellectuelle, réversibilité et disponibilité), qui vient lever les freins inhérents à la contractualisation entre Directions Opérationnelles Grands Comptes et Startups.

Une confiance fragilisée par de fortes attentes en termes de conformité, de qualité, de continuité et de pérennité de la part des Directions Informatique et Achat des grands groupes.

Selon le dernier baromètre startup / grand groupe 2019 du Village by CA et Capgemini, 79 % des startups et 86 % des grands groupes estiment que leur culture d’entreprise est bien comprise par l’autre partie. Pourtant, dans la pratique, les écueils restent nombreux : processus d’achat, contractualisation, temps de décision et délai de paiement trop longs… Pour les jeunes pousses, arriver à travailler avec un grand groupe relève souvent du parcours du combattant.

Ainsi, si les Directions métier de ces grands groupes recherchent, au travers de leur collaboration avec des startups, une mise en œuvre rapide de services innovants, les Directions financière, juridique, achat et informatique de ces mêmes organisations souhaitent avant tout sécuriser et pérenniser leurs systèmes d’information (tout en respectant leurs modes et procédures de contractualisation pas toujours adaptées aux startups). Pendant ce temps, les startups cherchent à se développer et à réduire leur ‘time-to-market’ et leur ‘cash burning’.

C’est sur ces différents points d’incompatibilité qu’exægis a conçu CONFIANCE 360, une offre modulaire qui s’appuie sur de nouvelles formes d’accompagnement des projets numériques basées sur l’expertise et la confiance. Grâce à CONFIANCE 360, les startups disposent des arguments nécessaires à l’accélération de la prise de décision avec les Grands Comptes, dès lors que ceux-ci auront préalablement validé les fonctionnalités et la valeur ajoutée de leurs solutions.


Comment fonctionne « CONFIANCE 360 » ?

L’offre CONFIANCE 360 repose sur 4 niveaux de garanties. L’ensemble de ces garanties forme la Garantie Opérationnelle d’exægis, qui peut être délivrée globalement ou partiellement, en fonction des besoins et des enjeux liés à chaque projet de collaboration :

1. Une évaluation de la « Pérennité » : celle-ci se base sur une méthode d’audit, qui permet à la startup d’obtenir le label TRUXT, ainsi qu’un rapport détaillé témoignant de sa maturité opérationnelle et d’une mesure de sa capacité à être pérenne dans le temps. La notation obtenue s’appuie sur une méthode d’analyse opérationnelle portant sur 150 points d’attention, complétée par une analyse de l’alignement de son business model, de son plan d’activités en cours et d’une analyse financière quand son antériorité le permet.

2. Un séquestre de la « Propriété intellectuelle » : il garantit un dépôt des codes sources horodaté, sécurisé et régulier. Un accès au suivi des dépôts est disponible pour les bénéficiaires, ainsi qu’un accès aux copies, lorsque les conditions d’accès sont remplies (défaillance).

3. Une attestation de « Réversibilité » : l’audit du modèle de données, de la documentation et des tests donne accès à une attestation qui valide la capacité des startups à reverser les données à leurs clients.

4. Une Garantie de « Disponibilité » : la mise en place d’un PRA en mode ‘As A Service’ multi-cloud Nuabee garantit la disponibilité totale des services de la startup, même en cas d’indisponibilité de son fournisseur Cloud. Ce niveau de garantie de continuité des applications ‘cloud2cloud’ constitue une offre unique sur le marché et un véritable accélérateur d’engagement pour les grands comptes.

Une Garantie du « Maintien du Service » : uniquement en cas de disparition de la startup et ce, jusqu’à la fin du contrat initialement prévu par les parties. Il permet au grand compte de pouvoir assurer le service à ses utilisateurs, le temps de trouver une solution alternative.
Ainsi, souscrire à CONFIANCE 360 consiste pour les startups à mandater exægis pour assurer la continuité de leurs services, même en cas de défaillance ou de disparition et ce, jusqu’à l’échéance du contrat signé avec leurs clients.

A qui s’adresse cette nouvelle offre et combien coûte-t-elle ?

CONFIANCE 360 s’adresse prioritairement à toutes les plateformes B2B et éditeurs SaaS, délivrant une solution numérique logicielle. Pour pouvoir bénéficier de l’offre, celles-ci doivent obligatoirement être éligibles au label TRUXT délivré par exægis, puis souscrire un abonnement mensuel, dont le montant est adapté aux conditions du contrat défini. Précisons que le label TRUXT constitue déjà une notation reconnue par la plupart des établissements financiers. Il permet de bénéficier de conditions de financements privilégiées et d’apporter un rapport d’audit apprécié des investisseurs.

Vincent Gelineau, Directeur du Développement chez exægis, en charge de l’offre CONFIANCE 360, précise : « La réduction des délais de contractualisation de nos clients startups chez les grands groupes, grâce à la garantie opérationnelle, a été un déclencheur. Nous avons travaillé avec les grands groupes et startups pour construire un dispositif de garantie à 360 degrés, qui s’est transformé en offre avec Confiance 360. »

Pour toute information complémentaire ou pour toute question relative à l’offre CONFIANCE 360, n’hésitez pas à contacter Hadjar Bellagra !

hadjar.bellagra@exaegis.com 01 56 77 17 76